Diego Costa Benzema

L'Atlético Madrid renverse le Real Madrid et s'offre la Supercoupe d'Europe

Publié le , modifié le

Au terme d'un match renversant, l'Atlético Madrid a remporté la Supercoupe d'Europe 2018 face au Real Madrid (4-2). Les Colchoneros étaient pourtant menés 2-1 jusqu'à la 80e minute. Grâce à un grand Diego Costa, double buteur, et à des buts de Saúl et Koke en prolongations, l'Atlético Madrid remporte la troisième Supercoupe d'Europe de son histoire. Les Colchoneros s'imposent enfin face à leur rival madrilène sur la scène européenne.

Deuxième gros choc pour le football espagnol après la Supercoupe d'Espagne, remportée par le Barça contre le FC Séville (2-1). Qui dit gros choc, dit dispositif exceptionnel. La Supercoupe d'Europe s'est disputée à Tallinn, en Estonie, dans un stade d'à peine 10 000 places : le Lilleküla Stadium

D'un côté, le Real Madrid, double tenant du titre, et récent vainqueur de la Ligue des Champions. De l'autre, l'Atlético Madrid, vainqueur de l'Europa League. Un choc espagnol donc, mais surtout un choc madrilène, en Estonie.

Madrid nouvelle capitale de l'Estonie

Orphelin de Zinédine Zidane et de Cristiano Ronaldo, le Real sauce Lopetegui devait entrer dans sa saison. Quoi de mieux que de commencer par un trophée. En remportant ce match contre l'Atlético, les Merengues savaient qu'ils entreraient dans l'histoire de la Supercoupe d'Europe en devenant le club le plus titré, à égalité avec le Milan AC et le FC Barcelone (5 victoires).

Mais dès la première minute, c'est bien l'autre Madrid qui prend l'avantage. Diego Costa remporte son duel aérien, se lance involontairement en direction de la surface adverse, et allume la lucarne opposée dans l'angle fermé de Keylor Navas. Seulement 50 secondes de jeu et Diego Costa devient le buteur le plus précoce de l'histoire du trophée continental.

Mais quand on affronte le Real Madrid, ce n'est jamais suffisant, surtout quand il reste un match complet à disputer. A la 27ème minute, l'Atlético perd son avantage au score. Karim Benzema propulse dans un trou de souris un centre au deuxième poteau de Gareth Bale. Le Français, très intelligent dans ses déplacements, était pourtant seul au milieu de trois défenseurs adverses.

Globalement peu de grosses occasions dans cette rencontre. Le Real domine dans la possession et dans l'utilisation du ballon, mais c'était à prévoir. Les Colchoneros sont bien regroupés et attendent une faille dans le bloc adverse pour porter une attaque fatale. Mais elle ne vient pas et ce sont les hommes de Julen Lopetegui qui en profitent à la 62ème minute de jeu.

Costa et Benzema en leaders

Sur une action litigieuse, ils obtiennent un penalty. Le latéral droit de l'Atlético, Juanfran, touche bien le ballon du bras mais il semblerait qu'il ait été légèrement déséquilibré par Benzema. Difficile également de juger de l’intentionnalité du geste. L'arbitre tranche en faveur d'une faute. Sergio Ramos ne se fait pas prier et transforme le penalty : 2-1 pour le Real Madrid.

Mais une erreur de Marcelo, souhaitant sauver la touche, permet à l'Atlético de se relancer. Angel Correa s'arrache et offre un but tout fait à Diego Costa (79'). Doublé pour l'international espagnol qui était une des rares satisfactions de l'Espagne lors de la Coupe du monde.

Revigorés par l'égalisation, les hommes de Diego Simeone semblent plus frais, plus fringants. La possession tend même à s'équilibrer. La décision devra se faire en prolongations, Marcelo ayant manqué une balle de match au bout du temps additionnel.

La maison blanche s'écroule en prolongations

Le Brésilien pourra s'en mordre les doigts. L'Atlético enclenche la seconde en première mi-temps des prolongations. Saúl Niguez donne d'abord l'avantage aux Colchoneros (98') sur une reprise de volée somptueuse puis une action de très grande classe leur permet de faire le break.

Un Carvajal très fébrile est laissé sur place par Diego Costa, qui trouve Vitolo en retrait. Remise en une touche pour Koke qui conclut du plat du pied (104'). Plus qu'une résurrection pour l'Atlético ! La maison blanche s'écroule : 4-2 pour les hommes de Diego Simeone, qui contient sa joie en tribune.

Les Merengues ne reviendront pas. L'addition aurait pu être plus salée. L'Atlético Madrid de Lemar, Griezmann et Hernandez remporte sa troisième Supercoupe d'Europe après 2010 et 2012. C'est la soupe à la grimace pour Raphaël Varane, auteur d'un match raté.
 

Andréa La Perna @A_LaPerna