Henry en plein doute

L'AS Monaco en recherche de confiance en Ligue des Champions

Publié le , modifié le

Après une énième défaite inquiétante ce week-end à Reims (1-0), l'AS Monaco attaque la phase retour des poules de Ligue des Champions . A quelques jours d'un match qui pourrait l'enfoncer plus profondément encore dans la crise, face au PSG, le club de la Principauté pourrait profiter de son échéance européenne pour retrouver la confiance qui lui fait défaut.

La tête dans les mains, ou le regard perdu dans le vague. Ce sont les images les plus récurrentes que l'on voit du jeune entraîneur-star de l'AS Monaco depuis son intronisation en grandes pompes du 13 octobre. Tous lui prédisaient un début de carrière chaotique sur le banc de la Principauté. Reprendre un club en perdition pour le remettre d'aplomb en guise de première expérience, tel était son défi gargantuesque. Il n'aura jamais semblé si loin de l'accomplir. Ce week-end, ses joueurs ont réalisé leur pire match depuis son arrivée : en plus du manque de cohérence, ils ont surtout semblé plus apathiques que jamais. Henry ne s'y est pas trompé. Après le match, son diagnostic était inédit et létal. "Ce n'est pas un problème de tactique. Mes joueurs sont touchés mentalement" Alors comment susciter l'envie, comment créer un climat propice à l'émulation collective qui régnait il y a à peine quelques mois, avec plus ou moins les mêmes joueurs ? Sous peine de se retrouver, très vite, dans la même situation que Leonardo Jardim, Thierry Henry devra trouver la recette. 

Face à Bruges, l'enjeu sera la Ligue 1

Le match aller, il y a deux semaines, avait accouché d'un match nul plutôt fade mais paradoxalement prometteur, au vu des dernières prestations des Monégasques et de l'arrivée toute fraîche d'Henry. L'indulgence était de mise. Cette fois, à la veille d'un match qui pourrait vite tourner au désastre face au rival parisien, il convient de capitaliser. À tout prix. Derniers à égalité avec Bruges, et surtout à cinq points de l'Atlético Madrid, Monaco n'a pourtant pas grand chose à espérer de la Ligue de Champions. Même si mathématiquement tout est possible, comme en championnat, il faudra voir les choses en face pour les Monégasques et ne pas brûler les étapes. La lutte pour le maintien doit être la priorité, comme l'a réaffirmé, dans une rare injonction à l'ensemble de l'effectif, le vice-président du club Vadim Vasilyev : "Je demande à tout le monde (...) de prendre conscience de la gravité de la situation et de tout faire pour s'en sortir". Comme s'il fallait briser l'image que le groupe s'était construit ces dernières saisons. Celle de prétendant au titre de champion de France et d'outsider en Ligue des Champions. Dès mardi face à Bruges, il faudra sortir du rêve pour mieux rebondir.