Bjorgolfur Gudmundsson
L'ex-président de West Ham Bjorgolfur Gudmundsson | IAN KINGTON / AFP FILES / AFP

L'ancien président de West Ham poursuivi en France

Publié le , modifié le

L'ancien président du club anglais de West Ham United Bjorgolfur Gudmundsson est poursuivi en France dans une affaire d'escroquerie impliquant une filiale de la Landsbanki, banque islandaise dont il fut un dirigeant. Cet Islandais de 74 ans figure parmi les dix personnes mises en examen par le juge d'instruction Renaud van Ruymbeke dans son enquête sur les emprunts hypothécaires accordés par la Landsbanki Luxembourg avant la crise financière de 2008.

M. Gudmundsson était le président et l'un des principaux actionnaires de la  Landsbanki, deuxième banque islandaise qui a été nationalisée en urgence lors  de la crise financière de 2008. Quelques mois plus tôt, le magazine américain Forbes le classait encore 1014ème fortune mondiale. Cette information judiciaire avait été ouverte en 2009 après des plaintes de particuliers victimes d'un produit financier controversé. Au total, 96  personnes sont parties civiles dans ce dossier, parmi lesquelles le chanteur Enrico Macias. Le magistrat du pôle financier de Paris a notifié fin septembre la fin de  ses investigations. Il revient désormais au parquet de Paris de rendre son  réquisitoire, avant que M. Van Ruymbeke ne décide d'un éventuel renvoi en correctionnelle des personnes poursuivies.

Dans cette affaire qui a donné lieu à un bras de fer entre les justices  française et luxembourgeoise, la Landsbanki Luxembourg s'était vu imposer une  caution de 50 millions d'euros. De 2006 à 2008, la Landsbanki, en manque de liquidités, avait proposé à des  centaines de particuliers, via cette filiale luxembourgeoise, d'hypothéquer  leur maison en contrepartie de prêts avantageux. Le montage, complexe, impliquait que l'emprunteur reçoive une partie de la  somme, tandis que la banque réinvestissait le reste sur les marchés. La valeur  de ce portefeuille devait grossir au point de couvrir l'intégralité de  l'emprunt, qui n'était remboursable qu'à son terme. Mais dans la foulée de la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers  en septembre 2008, plusieurs banques islandaises s'étaient effondrées, dont la  Landsbanki.

Propriétaire des Hammers de 2006 à 2010

Conséquence de la débâcle, les placements de Landsbanki Luxembourg ont  perdu la majeure partie de leur valeur. D'où les plaintes des particuliers,  pour certains ruinés, qui accusent la banque d'avoir sciemment proposé le  montage financier sans vérifier les capacités de remboursement des clients. Outre la filiale luxembourgeoise, M. Van Ruymbeke avait notamment mis en  examen certains de ses cadres. Le juge financier a décidé de remonter aux responsabilités des dirigeants  de la maison mère en mettant en examen, le 26 mai à Paris, M. Gudmundsson pour  "escroquerie". Une accusation que balaie son avocat, Me Félix de Belloy, qui explique  qu'en tant que président du conseil de surveillance de Landsbanki, son client  n'avait "aucune fonction opérationnelle". 

"Rien dans le dossier n'indique que la maison mère suivait ce type de produit financier vendu par la filiale luxembourgeoise", a-t-il dit à l'AFP, en  ajoutant que ce dossier ne relevait pas selon lui de la justice pénale. M. Gudmundsson s'était fait connaître du grand public en participant en  novembre 2006 à la reprise du club de football anglais de West Ham United, dont  il était devenu en décembre 2007 l'actionnaire unique. Emporté par la crise islandaise qui avait provoqué sa faillite personnelle,  il avait revendu le club en janvier 2010.

AFP