Angel Di Maria Argentine Allemagne
L'Argentin Angel Di Maria pavoise au milieu des Allemands | DANIEL ROLAND / AFP

L'Allemagne et les Pays-Bas battus en amical

Publié le , modifié le

Les amicaux internationaux de mercredi ont été marqués par les naufrages de l'Allemagne, qui a sombré chez elle 3 à 1 face à l'Argentine, et des Pays-Bas, humiliés en Belgique (4-1), tandis que Brésil s'est promené 3 à 0 en Suède. Le champion du monde et double champion d'Europe en titre, l'Espagne, a fait un beau déplacement à 6000 km de distance de Madrid, à Porto Rico. La Roja s'est imposée 2 à 1.

 Joachim Löw, sélectionneur allemand, a dû composer avec une exclusion (Zieler, gardien en l'absence de Neuer) et un but contre son camp (de Khedira): "Après le carton rouge et le but contre son camp, ce n'est pas facile d'en vouloir aux joueurs, face à des adversaires aussi techniques d'autant plus". Mais rien ne va plus pour Löw. Le coach aux chemises et à la frange impeccables avait déjà été très critiqué pour ses coups de poker perdants lors la demi-finale perdue de l'Euro-2012 face à l'Italie (2-1), alors qu'à Berlin on se voyait déjà en finale.Pour les Argentins du triple Ballon d'or Lionel Messi (auteur d'un but et qui a raté un penalty) la mission est remplie: il fallait faire payer à la Mannschaft un quart de finale cauchemar du Mondial-2010, avec une victoire des Allemands 4 à 0. 

Autre affiche attendue, l'Angleterre, qui avait perdu contre l'Italie à l'Euro-2012 en quart de finale aux tirs au but, a pris sa revanche (2-1). Suède-Brésil à Stockholm était censé opposer l'attaquant nordique Zlatan Ibrahimovic et le défenseur central brésilien Thiago Silva. Tous deux jouaient la saison passée à l'AC Milan, tous deux ont été transférés cet été au Paris SG. Mais Ibrahimovic a déclaré forfait. Sans "Ibra", la Suède a chuté chez elle 3 à 0 contre la Seleçao, portée notamment par Pato, auteur d'un doublé.

Capello débute par un nul

Le nouveau sélectionneur des Oranje, Louis van Gaal, était chargé de faire oublier le fiasco de l'Euro-2012 (élimination au premier tour). C'est complètement raté ! Van Gaal débute avec une petite correction 4 à 2. Sur le banc d'en face, il y avait aussi un nouveau coach, Marc Wilmots, en intérim depuis le départ de son prédécesseur Georges Leekens, avant d'être confirmé en juin. Wilmots parviendra-t-il enfin à libérer une génération belge qu'on dit si prometteuse ? A Moscou, un autre "nouveau" coach a étrenné son costume, c'est l'Italien Fabio Capello, désormais à la tête de la Russie, qui a commencé par un nul contre la Côté d'Ivoire de Didier Drogba (1-1). Le Portugal, demi-finaliste de l'Euro, s'est remis en selle en battant le Panama (2-0) avec notamment un but de Cristiano Ronaldo.

Lionel Messi (attaquant et capitaine de l'Argentine): "L'équipe d'Allemagne est une très grande sélection, elle le montre depuis longtemps et elle a un grand potentiel. Quand ils ont été réduits à dix, ça a changé le match et on a eu la possession du ballon. C'a été un bon match, même si au début c'était assez équilibré, et qu'ils ont eu quelques contre-attaques. On a pu profiter d'avoir le ballon, on a eu des espaces. Je ne pense pas à dépasser Batistuta (56 buts en sélection, record argentin, contre 27 pour Messi, ndlr), il est encore loin. Mon but nous a donné plus de tranquillité pour le résultat. Ce n'est pas seulement moi, mais aussi le Kun (Agüero) et le Pipa (Higuain). Quand on joue ensemble, ça nous va bien et c'est une option de plus pour l'entraîneur."

Louis Van Gaal (sélectionneur des Pays-Bas): "On a commencé très mal la première mi-temps, même si, bizarrement, on a créé plus d'occasions durant cette période que durant la seconde. On a perdu la balle à des endroits où on ne doit pas la perdre. La deuxième période, c'est ça que je voulais voir. On mène, et en principe on doit contrôler. Mais il y a eu des erreurs personnelles qu'on ne peut pas faire si on veut gagner un match. On s'est sorti du match nous-même. L'erreur de Nigel de Jong (qui permet aux Belges de revenir à 2-2) a été le tournant du match. Ensuite, on n'a plus réussi à nous organiser. Mais j'ai aussi vu de bonnes choses contre la Belgique. Ca ne veut pas dire que la Hongrie et la Turquie (les deux prochains adversaires des Pays-Bas en qualification pour le Mondial, ndlr) seront des matches faciles. En début de saison, tout le monde n'a pas le même état de forme et ça s'est vu".

Cesare Prandelli (sélectionneur  de l'Italie) : "Cela ne fait jamais plaisir de perdre un match mais ce qui  était important était d'évaluer les joueurs. Globalement, je suis satisfait car  j'ai pu noter que nous avons du choix sur tous les postes. J'ai opéré beaucoup  de changements et j'ai vu beaucoup d'aspects positifs. Je suis content des  performances individuelles et des alternatives que nous pouvons avoir. Ce sont  des jeunes joueurs et notamment El Shaarany qui a du talent mais qui doit  acquérir de l'expérience. Balotelli et Destro notamment peuvent-ils jouer  ensemble ? Je le crois car tous les bons joueurs peuvent jouer ensemble. Ce  soir, ce n'était pas facile pour Destro qui a dû faire face à une défense  physique."

AFP