Lukas Podolski au milieu des Anglais
L'Allemand Lukas Podolski, pour sa dernière sélection avec la Mannschaft, entouré des Anglais Dele Alli, Lallana et Livermore | REUTERS

L'Allemagne bat l'Angleterre grâce à Podolski pour sa "der", et pensées aux victimes de Londres

Publié le , modifié le

Quelques heures après l'attentat à Londres qui a fait au moins 3 morts et plusieurs blessés, le match amical entre l'Allemagne et l'Angleterre s'est jouée normalement. "Evidemment nos pensées vont aux familles de ceux qui ont perdu la vie ou ont été blessés", a déclaré Gareth Southgate, le sélectionneur anglais avant le match. L'hommage aux victimes aura lieu dimanche, à Wembley, contre la Lituanie. Cette rencontre, éternelle revanche de la finale controversée de la Coupe du monde 1966, était aussi la dernière sélection de Lukas Podolski, auteur du but vainqueur (1-0) à la 69e minute.

Lukas Podolski devait être à l'honneur. Pour sa 130e et dernière sélection, il a eu l'honneur d'être titularisé, ce qui ne lui était plus arrivé depuis novembre 2014. Il avait en même temps le brassard de capitaine.

Et l'ancien joueur du Bayern a eu droit à un petit discours d'avant-match. Dans l'enceinte de Dortmund, un virage lui avait même consacré un bel hommage avant le match. Mais le brassard noir des joueurs anglais rappelait la tragédie survenue dans la journée à Londres.

Et elle a forcément éclipsé l'ultime sortie internationale du joueur. "Evidemment nos pensées vont aux familles de ceux qui ont perdu la vie ou ont été blessés", a déclaré Southgate dans une interview à la chaîne anglaise ITV. "Nous sommes conscients qu'une partie de notre identité nationale fait que nous devons continuer d'avancer dans des moments comme celui-ci", a-t-il ajouté. La Fédération allemande s'était montrée solidaire, elle qui avait déjà connu pareille situation le 13 novembre 2015, puisqu'une bombe avait explosé devant le Stade France où se jouait le match amical entre la France et l'Allemagne.

L'Angleterre dominatrice, mais pas réaliste

Reste que sur le terrain, il n'a pas été à la fête, tout comme son équipe, face à des Anglais agressifs et joueurs. En tout début de match, Ter Stegen le gardien allemand du FC Barcelone, était tout content de ne pas être arbitré par le même homme qui avait sanctionné Thomas Meunier d'un penalty pour une faute sur Neymar lors du match retour de Barcelone-PSG. Mais Deniz Aytekin est Allemand, et n'aurait pas pu officier lors de ce match. Heureusement car lorsqu'il s'est mis au sol et a été heurté par Vardy, qui l'avait dribblé, le suppléant de Manuel Neuer a eu peur du penalty. Qui n'est pas venu. Il était également bien heureux de voir son poteau repousser la tentative anglaise à la demi-heure de jeu. Le N.10 de la Mannschaft, en l'absence d'Ozil et de Draxler, a bien tenté sa chance, mais il a été soit contré, soit il n'a pas trouvé le cadre. 

Ter Stegen est encore là pour gagner son duel face à Dele (40e). A la mi-temps, aucun but (0-0). Et la suite n'a pas été plus prolifique. L'équipe de Southgate était bien plus à l'aise que celle de Joachim Löw. Jusqu'à ce coup de canon de Podolski, à la 69e minute, qui filait dans la lucarne de Ter Stegen. Pour son ultime sortie, le N.10 s'offrait un feu d'artifice. Un 49e but avec la sélection. Le dernier d'une belle carrière.

A la 83e minute, il pouvait quitter le terrain tout sourire, avec un dernier hommage de tout un stade. Cela faisait 30 ans que l'Allemagne n'avait plus battu l'Angleterre sur son sol. C'était encore l'époque de la RFA (1987, victoire 3-1). C'est chose faite à un moment très spécial.

Et l'Allemagne championne du monde, sans quelques cadres et sans forcer, montre qu'elle sait gagner sans toujours imposer sa loi. La marque des grandes équipes. Depuis sa défaite contre la France en demi-finale de l'Euro-2016, la Mannschaft a aligné 7 victoires et un nul, et n'a encaissé surtout aucun but.