L'incompréhension de l'attaquant Kamel Chafni
L'incompréhension de l'attaquant Kamel Chafni | FRED TANNEAU / AFP

L'affaire Chafni serait finie

Publié le , modifié le

L'incident serait "clos" entre Kamel Chafni et le juge de touche du match Brest-Auxerre Johann Perruaux, que le joueur d'Auxerre avait accusé de propos racistes, a annoncé le club bourguignon mercredi soir sur son site officiel. Samedi soir, le joueur de l'AJA avait accusé l'arbitre-assistant de lui avoir répondu "dégage l'Arabe !" lorsqu'il avait été le voir pour obtenir des explications sur un fait de jeu.

L'affaire n'ira donc pas plus loin. Quatre jours après avoir accusé Johann Perruaux, arbitre de touche de la rencontre Brest-Auxerre, de propos racistes, Kamel Chafni (Auxerre) aurait finalement "accepté" la version des faits de l'homme en noir. C'est en tout cas ce qu'affirme le communiqué diffusé sur le site de l'AJA : "Suite à l’altercation les ayant opposés et dont les médias se sont largement fait l’écho ces derniers jours, messieurs Chafni et Peruaux se sont téléphoniquement entretenus. A cette occasion, Monsieur Perruaux a confirmé, que devant la contestation que M. Chafni est venu faire face à lui, avoir dit "dégage".

Toujours selon le communiqué, l'arbitre "regretterait cette vive réaction", affirmant une fois de plus "qu’il n’avait pas eu à l’égard de M. Chafni une quelconque intervention à caractère raciste" et qu'il "était personnellement mobilisé autour de la lutte contre le racisme".  Une version des faits qui aurait été acceptée par le milieu de terrain marocain qui a décidé de clore l'affaire. Interrogé au stade de l'Abbé Deschamps après diffusion de ce communiqué, Kamel Chafni a tenu sa parole et s'est refusé à toute commentaire. "Je n'en parle plus, on verra ça plus tard", a-t-il seulement confié, après avoir reçu le trophée des supporters auxerrois de meilleur joueur du mois de novembre.

Vincent Fossiez @VincentFossiez