L'AEK Athènes pénalisé et relégué en 2e division

Publié le , modifié le

Pénalisé de trois points par la commission de discipline suite aux débordements ayant émaillé sa rencontre face à Panthratikos dimanche dernier, l'AEK Athènes est automatiquement relégué en 2e division grecque.

A la peine sur le plan sportif, l'AEK Athènes s'est tiré une balle dans le pied dimanche dernier. Opposé à Panthratikos, autre relégable, la rencontre avait été interrompue à trois minutes de la fin après l'invasion du  terrain par ses supporters, furieux de l'ouverture du score des visiteurs. Les joueurs avaient dû quitter la pelouse, pourchassés par une centaine de  hooligans armés de "bâtons, pierres et barres de fer" et "détruisant tout sur  leur passage" selon le rapport de l'arbitre. La rencontre avait finalement été arrêtée.

Saisie, la commission de discipline de la Super League a sévi. Après plus de dix heures de délibération, elle a infligé trois points de pénalité au club grec, qui se retrouve 15e et avant-dernier du classement avec 27 points à une journée de la fin alors que le premier club non  relégable, l'OFI Crète compte 32 unités. Outre cette sanction, l'instance disciplinaire a infligé une amende de 11.000 euros au club et deux points de pénalité pour la saison prochaine en deuxième division.

Environ 500 supporteurs de l'AEK s'étaient rassemblés jeudi soir près du  siège de la Ligue grecque, sous la surveillance de policiers anti-émeutes.  Scandant des slogans hostiles à la Ligue, à l'Olympiakos et au corps arbitral,  ils ont également bloqué pendant plus d'une heure l'une des principales artères de la capitale. Quant aux dirigeants de l'AEK, ils ont indiqué qu'ils feraient appel, attendant  un nouveau jugement la semaine prochaine.

Jerome Carrere