Le Brésilien Neymar
Le Brésilien Neymar (au centre) pourrait écoper d'une lourde sanction | Reginaldo Castro / Agência Lancepress! / Lancepress

L'addition pourrait être salée pour Neymar

Publié le , modifié le

Le jeune joueur de Santos, Neymar, risque une suspension pouvant aller jusqu'à 15 matches de championnat à la suite d'une altercation dimanche dernier avec Artur, défenseur du club de Ponte Preta. Les deux hommes comparaîtront lundi prochain devant la commission de discipline du Tribunal du sport, qui dépend de la fédération de l'Etat de sao Paulo.

Accusé de "deux coups sur le bras de son adversaire" et de l'avoir "frappé dans les jambes", Neymar est passible de 4 à 12 matches de suspension pour "agression physique pendant la partie" et d'un à trois matches pour "acte déloyal ou hostile", selon le Code brésilien de justice sportive. Neymar Da Silva Santos Junior, 21 ans, pourrait donc voir une partie de sa saison compromise. D'autant que, au-delà de son talent parfois loué par les Brésiliens, mais parfois également considéré par les mêmes comme étant très surévalué, il fait souvent l'objet de tâcles sévères de la part de la presse ou d'observateurs du football brésilien.

Ainsi Pelé lui-même l'a-t-il montré du doigt par rapport à ses performances avec la Selaçao.  "A chaque fois qu'il joue, il devient un joueur ordinaire... Dans tous les matches à l'étranger il joue mal. Il pense qu'il doit résoudre les problèmes de la sélection tout seul. Neymar n'est pas préparé pour ça. Nous disons qu'il est le meilleur joueur du monde mais il est plus soucieux d'apparaître dans les médias que de jouer pour l'équipe. Sa préoccupation est plutôt de changer de style ou de coupe de cheveux....". Cette déclaration n'est pas passée inaperçue au Brésil.

Une incertitude sur son avenir

Neymar semble aussi dans le flou concernant vraiment ce qu'il veut faire. Sous contrat au Santos jusqu'en 2014 mais courtisé par les plus grands clubs européens, il avait déclaré en janvier que ce n'était "pas encore le moment" de jouer en Europe, puis a rouvert la porte début février à un départ dès cet été pour l'Espagne ou l'Allemagne. Le Barça ou le Real font le forcing depuis deux ans, "mais cela ne doit pas forcément être l'Espagne", a ensuite tempéré Neymar, qui avait également évoqué le Paris SG à l'automne et n'a pas hésité à parler du Bayern, "un grand club avec des joueurs exceptionnels", comme destination possible. 

Christian Grégoire