Football neige
En Allemagne, les conditions climatiques obligent les joueurs à s'arrêter un mois complet, entre le 20 décembre et le 20 janvier. | ODD ANDERSEN / AFP

La trêve hivernale, pas pour tout le monde

Publié le , modifié le

La trêve hivernale approche en France, mais tous les championnats européens ne sont pas logés à la même enseigne. Entre l'Allemagne, où elle dure un mois complet, et l'Angleterre, où la trêve n'existe pas, les disparités sont grandes. Moins de temps pour se reposer, se mettre à niveau tactiquement, intégrer les éventuelles recrues... les clubs anglais peuvent se sentir lésés. La situation devrait rester la même au moins jusqu'en 2020.

Le football européen s’apprête à prendre quelques congés. A l’exception de la Premier League anglaise, les grands championnats européens font tous relâche pendant la période des fêtes de fin d’année. En France, en Espagne et en Italie, la trêve hivernale commence le 22 décembre et se termine le 7 janvier. Une période de deux semaines qui permet aux joueurs de prendre quelques vacances avant une reprise progressive, souvent avec un stage. Les joueurs du PSG ont par exemple rendez-vous le 2 janvier pour un stage en Tunisie, avec un match amical prévu contre le Club Africain de Tunis. L’occasion de se remettre en forme et de renforcer la cohésion d’un groupe qui a déçu en première partie de championnat.

La trêve est parfois l’occasion de rattraper un retard dans la préparation, pour des entraîneurs arrivés en cours de saison par exemple. A l’Olympique de Marseille, Rudi Garcia a ainsi prévu une trêve studieuse pour ses joueurs, avec un programme individualisé pour chacun de ses joueurs. L’objectif : être prêt pour un début d’année difficile, avec des matchs contre Moncao et Lyon en plus de la coupe de France.

Un mois en Allemagne, rien en Angleterre

De l’autre côté du Rhin, la trêve est bien plus longue : un mois d’arrêt complet pour la Bundesliga, entre le 20 décembre et le 20 janvier. Une période de repos allongée adaptée aux conditions climatiques allemandes, mais aussi permise par le format du championnat : il n’y a que 18 clubs en Bundesliga, donc 34 journées à jouer contre 38 dans les autres championnats européens.

A contrario, les Anglais doivent se passer de trêve hivernal. La sacro sainte tradition du Boxing Day, les matchs du 26 décembre, passe avant : entre Noël et le jour de l’an, les clubs de Premier League jouent parfois jusqu’à trois matchs. Une situation difficile pour les joueurs, privés d’un temps de repos auquel leurs adversaires européens ont droit. La fédération anglaise s’est récemment prononcée en faveur de l’instauration d’une trêve hivernale, mais il faudra au moins attendre 2020 : le contrat de droits télés actuel, qui court jusqu’en 2019, ne le permet pas.

En attendant, joueurs et entraîneurs doivent s’adapter. Le passage du championnat allemand à la Premier League représente un grand écart parfois difficile à appréhender. Un tel changement de rythme est contraignant : sur la période de la trêve hivernale allemande, Liverpool jouera quatre matchs de Premier League et deux matchs de coupe.

Ces disparités peuvent aussi être problématique dans les confrontations européennes, comme l’a fait remarquer Jurgen Klopp, entraîneur de Liverpool, à son arrivée : “Les joueurs n'ont pas de pause pendant un an quand tous les autres championnats s'arrêtent. C'est quand même possible de gagner, mais c'est beaucoup plus difficile.” Pour l'amateur de football, le championnat anglais reste une douce anomalie, qui offre en période de fêtes de très belles affiches. Pour encore trois ans, au moins.