La MLS évite le lock-out et envisage une reprise de la compétition

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
MLS

La Ligue nord-américaine de football (MLS) et le syndicat des joueurs (MLSPA) sont parvenus à un accord mercredi sur une convention collective les liant jusqu'en 2025, ouvrant ainsi la voie à un retour à la compétition espéré en juillet.

"Le vote d'aujourd'hui permet d'également finaliser un plan de reprise de la saison 2020 et offre aux joueurs des garanties pour les mois à venir", a déclaré la MLSPA dans un communiqué. Ces derniers jours des désaccords persistaient sur le terrain salarial et la MLS menaçait d'instaurer un lock-out (grève patronale) qui aurait sérieusement compromis les plans d'une reprise de la compétition sur laquelle planche la ligue depuis plusieurs semaines. En l'occurrence, cet accord donne le feu vert à la tenue du tournoi que la MLS a prévu d'organiser à Disney World à Orlando, en Floride, le mois prochain. "Etant donné notre absence de la scène sportive, il était crucial pour nous de revenir", a déclaré le patron de l'instance Ron Garber lors d'une visioconférence de presse.

L'incertitude liée au coronavirus qui a entraîné la suspension du championnat le 12 mars, "nous a obligés à trouver un plan qui nous permette au moins de rétablir le contact avec nos fans", a-t-il poursuivi, précisant à ce titre que la ligue et les clubs devraient accuser un milliard de dollars de pertes de revenus, faute notamment de rentrées issues de la billetterie. S'il est acquis que le tournoi impliquant les 26 franchises se jouera à huis clos, M. Garber n'a pas donné de date exacte ni de détails quant au format. Il n'a pas non plus évoqué une reprise du championnat en lui-même

à voir aussi MLS : Pour Aurélien Collin, la reprise envisagée aux Etats-Unis reviendrait "à forcer le destin" MLS : Pour Aurélien Collin, la reprise envisagée aux Etats-Unis reviendrait "à forcer le destin"

S'agissant de la convention collective, la MLS et le syndicat des joueurs avaient convenu des termes d'un nouvel accord en février, mais l'instance a souhaité modifier certaines clauses, compte tenu de l'impact financier de la pandémie. La ligue souhaitait ainsi inclure une clause de force majeure lui permettant notamment de se retirer de la convention collective si cinq équipes accusaient une baisse de 25% du nombre de spectateurs. Cette clause n'a pas été incluse dans l'accord conclu mercredi.

Selon ESPN, citant des sources syndicales, les concessions financières dans le nouvel accord s'élèvent à plus de 100 millions de dollars, avec notamment une réduction salariale globale de 7,5% et un plafond de primes pour la saison fixé à 5 millions de dollars.

AFP