La ministre des Sports favorable à de nouvelles expérimentations sur les fumigènes

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Roxana Maracineanu le 9 mars dernier.
Roxana Maracineanu le 9 mars dernier. | Martin BUREAU / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a indiqué lundi qu'elle était favorable à de nouvelles expérimentations, dès le retour de la compétition, autour des fumigènes dans les stades, à l'origine de tensions entre ultras et instances.

"Les expérimentations de spectacles pyrotechniques qui impliquent des supporters pourraient voir le jour au retour des matches, fin juillet, début août", a-t-elle déclaré. La ministre s'est exprimée après une réunion de l'Instance nationale du supportérisme (INS), un groupe de dialogue qui rassemble les acteurs des tribunes et les autorités.

Les députés Marie-George Buffet (PCF) et Sacha Houlié (LREM) y ont notamment présenté le rapport de la mission d'information qu'ils ont menée, examiné fin mai au Parlement, dont l'une des préconisations prônent "un usage encadré" des fumigènes, en constatant l'échec des mesures répressives mises en place actuellement.

"(Les expérimentations sont possibles) si les supporters y sont favorables, et les clubs aussi. Il faudra que les clubs s'approprient ce sujet, et qu'ils nous les proposent au moment des premiers matches de la reprise du Championnat", a déclaré Mme Maracineanu. Dans le détail, "l'expérimentation qui nous a été proposée porte sur une zone dédiée avec un personnel capable d'encadrer les supporters qui vont craquer les fumigènes", a-t-elle précisé.

La saison passé, des essais avaient eu lieu au Havre (L2) et à Angers, où les supporters avaient été autorisés à "craquer" des fumigènes dans un espace consacré à l'occasion des 100 ans du club. "L'idée, c'est de poursuivre sur cette lancée", a-t-elle confirmé. "Plus la répression augmente, plus il y a de fumigènes dans les stades. Ça ne fait que paralyser l'avancée du dialogue sur les autres sujets. Ça a aussi pour conséquence de prendre les clubs en otage entre la commission de discipline de la Ligue (LFP) et les supporters. On essaie de mettre fin à ces effets pervers, en développant l'expérimentation légale de la pyrotechnie", a réagi Pierre Barthélémy, l'avocat de l'Association nationale des supporters (ANS), présent aux débats.

à voir aussi Supporters en France, le changement c'est maintenant ? Supporters en France, le changement c'est maintenant ?
AFP