Aulas Jean-Michel portrait 2010
Jean-Michel Aulas | AFP-CLATOT

La Ligue 1 n'a plus d'argent

Publié le , modifié le

Le mercato estival est étrangement immobile et atone en Ligue 1. Mis à part le PSG, Lille et, à un degré moindre, Montpellier, tous les autres clubs sont confrontés au même problème: dégraisser avant d'acheter. C'est aussi la rigueur en Ligue 1.

Les temps sont durs pour la majorité des clubs de Ligue 1. Là où, l'OL, l'OM et même Bordeaux agitaient les étés, cette année seul le PSG et son budget illimité secoue le cocotier français. Excepté le club de la capitale, les autres formations espèrent bénéficier de rentrée d'argent avant de pouvoir faire des "folies" sur le marché des transferts. Pour Lille, cette aubaine financière s'est matérialisée assez tôt avec le transfert d'Eden Hazard contre 40 millions d'euros à Chelsea. Même constat pour Montpellier qui a bénéficié de la Ligue des Champions et du transfert d'Olivier Giroud. Louis Nicollin a pris le pari d'alimenter les comptes des clubs de Ligue 1 en recrutant Mounier en provenance de Nice ou Congré de Toulouse.

Le PSG a acheté à l’étranger

C'est là le drame de la Ligue 1 cet été. Au temps de sa splendeur, l'OL dépensait, quasiment exclusivement, en France. N'hésitant pas à faire gonfler les prix pour écarter la concurrence. De l'argent qui engendrait, par un jeu de domino, un mercato bien plus animé. Aujourd'hui, Leonardo a ses réseaux en Italie. Les transferts de Thiago Silva, Ibrahimovic, Lavezzi et Verrati ont surtout renfloué les clubs italiens. Le directeur sportif du PSG peut bien se justifier en prétextant des prix trop élevés en France, il n'en demeure pas moins que la locomotive parisienne a pris le parti de dépenser à l'étranger pour ne pas renflouer les caisses de ses adversaires potentiels.

Où est passé l'argent ?

Plus d'un mois après le début du mercato, l'OL et l'OM n'ont pas recruté, ou presque, puisque le seul Raspentino, libre, à rejoint la Cannebière. Jean-Michal Aulas et Vincent Labrune sont confrontés au même dilemme: vendre les joueurs dont les salaires plombent les finances du club. A l'OM, on cherche à se débarrasser de Stéphane M'Bia et de César Azpilicueta, deux joueurs à forte valeur marchande, afin d'assainir les comptes dans un premier temps et d'étudier les possibilités d'achat dans un second. Du côté de Gerland, on espère vendre Bastos et tirer le maximum du transfert d'Hugo Lloris pour remettre à flot un club qui souffre de l'absence de Ligue des Champions.

Rennes et Bordeaux ne bougent pas

Parmi les autres clubs de Ligue 1, on veut dénicher les bonnes affaires à moindre coût. Sans succès pour l'instant. Bordeaux se prépare à un mercato vide de toute arrivée alors que Rennes s'est lancé dans une grande opération dégraissage. Mangane est parti et Boukari, Montano et M'Vila pourraient le suivre. Pour ce dernier, il semble que les dirigeants rennais fixent la barre un peu trop haute. Contre-productif à l'heure où le club fait face à un déficit que le propriétaire, M. Pinault ne veut pas combler. Les salaires, que les clubs ont accordé à des joueurs qui n'ont pas confirmé les attentes, ne sont plus financés par les seuls rentrées (droits TV pourtant élevés, merchandising, billetterie). Bref, la rigueur n'est pas prêt de s'arrêter.