Javier Mascherano
Javier Mascherano dans le viseur de la justice espagnole | JOAN VALLS/ / NURPHOTO

La justice espagnole ouvre une enquête pour fraude fiscale à l'encontre de Javier Mascherano

Publié le , modifié le

La justice espagnole a annoncé lundi avoir ouvert une enquête pour délits fiscaux présumés à l'encontre du milieu argentin du FC Barcelone Javier Mascherano, soupçonné d'avoir utilisé des sociétés étrangères pour dissimuler au fisc les revenus tirés de ses droits à l'image.

Dans une plainte déposée début septembre, le parquet de Barcelone a estimé la possible fraude à environ 1,5 millions d'euros, confirmant de récentes informations parues dans le quotidien espagnol El Pais. "La personne visée par la plainte (Mascherano) n'a versé au Trésor Public aucune des sommes obtenues de ses droits à l'image" lors des exercices 2011 et 2012, écrit dans sa plainte le procureur Pedro Castro. Le parquet soupçonne l'international argentin (31 ans) d'avoir dissimulé les dits revenus via deux sociétés, implantées respectivement sur l'île  ortugaise de Madère et aux Etats-Unis, sans verser au fisc espagnol l'imposition correspondante. Le 9 septembre, Mascherano a d'ailleurs versé au Trésor Public une régularisation d'un peu moins de 1,75 millions d'euros, "correspondant à la part fraudée et aux intérêts", poursuit le procureur. Selon un porte-parole du parquet barcelonais, la plainte, portant sur deux délits fiscaux présumés, a été acceptée par un tribunal de Gava, dans la banlieue de Barcelone.

Les précédents Messi et Xabi Alonso

Dans une affaire comparable, Lionel Messi, compatriote et partenaire de Mascherano au FC Barcelone, a été entendu par un juge de ce même tribunal en 2013. Le quadruple Ballon d'Or et son père sont accusés d'avoir caché au fisc une partie des revenus tirés des droits à l'image du joueur entre 2006 et 2009, une évasion fiscale présumée portant sur 4,16 millions d'euros. La semaine dernière, c'est un ancien joueur du Real Madrid, Xabi Alonso, qui s'est trouvé mis en cause dans un dossier similaire par le quotidien El Mundo. Le milieu espagnol, aujourd'hui au Bayern Munich, s'est défendu en assurant avoir "scrupuleusement respecté ses obligations fiscales".

AFP