supporters Marseille OM 102010
Les supporters de l'OM | AFP - PATRICK VALASSERIS

La justice donne raison aux supporters de l'OM

Publié le , modifié le

Le tribunal administratif de Marseille, saisi en référé, a suspendu la décision de la LFP du 7 octobre interdisant aux supporteurs de l'Olympique de Marseille, pour des raisons de sécurité, l'accès au Parc des Princes pour le match Paris-SG-OM du 7 novembre.

Le tribunal condamne la LFP a verser 3.000 euros à chacune des associations requérantes (Winners, Dodgers, Yankee, Handi Fan Club, Ultras, Marseille Trop Puissants et le Club central des supporters) qui avaient saisi en référé la justice pour réclamer la suspension de la décision de la Ligue.

"L'exécution de la décision de la Commission des compétitions de la LFP  (...) est suspendue en tant qu'elle porte fermeture de l'espace visiteurs du  Parc des Princes aux supporters marseillais", écrit le tribunal dans son  ordonnance. Les neuf groupes de supporteurs de l'OM avaient plaidé jeudi matin, dans une  action commune. Par la voix de leur représentant, Me Olivier Grimaldi, ils avaient dénoncé  le fonctionnement de la LFP "qui ne prend pas de décision en droit, mais en  appelant ses membres au téléphone"

"La LFP veut faire passer les supporteurs de l'OM pour des voyous, alors que  l'ensemble des groupes de supporteurs ont fait de gros efforts et sont  responsables. Il n'y a pas d'incidents au stade Vélodrome. Les barbares sont au  Paris SG, pas à l'OM ! Et quand on prend des mesures de police, il y a des  règles à respecter: il faut établir précisément où est le danger et convoquer  les parties", avait expliqué à l'audience Me Grimaldi. L'avocate de la LFP, Me Claudine Maurain, s'était défendue de toute  stigmatisation des fans marseillais, expliquant au contraire que la Commission  des compétitions (COC) avait quasiment pris "une mesure de protection des  supporteurs marseillais".

"Tous les groupes sont très contents de la décision du tribunal  administratif. Au regard de cette décision, ils iront au stade !", s'est réjoui  en fin d'après-midi Me Grimaldi, auprès de l'AFP. Le tribunal, dans ses attendus, a émis "un doute sérieux sur la légalité de  la décision" de la commission des compétitions (COC), faisant ainsi droit aux  arguments des supporteurs de l'OM. Cette ordonnance intervient à la veille d'une réunion de la COC, sommée par  la commission d'appel de la LFP de revoir sa copie en entendant cette fois les  dirigeants des deux clubs. Supporteurs et dirigeants marseillais ont répété depuis le début que la  mesure de la COC n'avait fait l'objet d'aucune concertation, et réclament le  quota maximal de 2000 places, que la COC peut cependant moduler pour des raisons  de sécurité.

AFP