Luis Fernandez portrait 2010
Luis Fernandez | AFP - Valery Hache

La FIFA expulse Fernandez

Publié le , modifié le

Luis Fernandez a été suspendu par la FIFA de toute activité liée au football. L'actuel sélectionneur d'Israël ne se serait pas plié à une décision disciplinaire prise en 2009. Sa suspension prend effet immédiatement.

"Une affaire est en cours, je ne veux pas en dire plus". Ce sont les premiers mots de Luis Fernandez sur les ondes de RMC, radio dont il est consultant, à l'annonce d'une sanction de la FIFA à son encontre. Si dans un premier temps, l'instance internationale n'avait pas voulu confirmer l'information donnée par la Fédération israélienne qui disait avoir reçu une requête, la FIFA a fini par officialiser la nouvelle: le sélectionneur d'Israël est suspendu de toute activité liée au football avec effet immédiat.

"La Fédération israélienne de football a (…) reçu jeudi une requête officielle de la FIFA concernant Luis Fernandez, affirmant qu'il doit arrêter immédiatement toute activité relative au football en raison du non-paiement d'une dette à une équipe qu'il a entraînée dans le passé au Qatar", a indiqué la Fédération israélienne (IFA) sur son site. Le Français ne se serait en fait pas plié à une décision disciplinaire de 2009 pour des faits antérieurs, datant de son passage au club qatari d'Al-Rayyan en 2005.

"Il y a une plainte pénale, ça dure depuis 5 ans, entre la FIFA et moi, il y a un litige de club à club et ce n'est pas à Luis Fernandez de le régler", a lancé l'ancien joueur de l'équipe de France à la radio. "Là c'est une décision sur le plan sportif. Il y a eu une plainte pénale de ma part, à partir de là un dossier est ouvert. La FIFA a peut-être voulu anticiper en n'ayant pas tous les éléments en mains, et comme elle n'a pas tous les éléments en mains, il faut qu'ils attendent, et on verra. Je reste serein, j'ai la conscience tranquille".

A qui les 400 000 euros ?

Et l'intéressé de se défendre: "Je n'ai pas à rembourser ce que je n'ai pas pris, c'est simple. Si quelqu'un réclame 400.000 euros et que ce n'est pas moi qui les ai pris dans la caisse ni mis chez moi, qu'est-ce que tu veux que je leur donne, que je paie pour les autres ? Je ne paie pas pour les autres". Des sous-entendus que le truculent animateur radio laisse délibérément en suspens. "Qu'ils aillent voir du côté de Genève. J'ai été reçu par des inspecteurs là-bas, et ils m'ont montré des noms, que des gens s'étaient certainement pris... Que la FIFA soit sage, qu'elle reste calme, parce que chacun de son côté a des éléments".

L'ancien homme fort du PSG reste en contact avec sa nouvelle fédération et ses avocats. Les trois parties doivent se rencontrer sous une semaine pour "décider ensemble comment régler le problème qui a été créé". L'IFA avisera ensuite des décisions à prendre. "Je suis sûr que les choses se seront arrangées avant la nouvelle série de matches (pour les qualifications de l'Euro-2012) à la fin mars", explique Fernandez sur le site officiel de la fédération israélienne.

Un nouvel épisode qui vient noircir un peu plus l'image du Français en Israël. Arrivé en mars dernier, le tacticien est vivement critiqué par les médias en raison des mauvais résultats de l'équipe nationale, de ses choix, mais aussi de ses propos très critiques à l'égard de sa fédération. Israël n'a remporté qu'un seul de ses quatre matches de qualification pour l'Euro 2012 et se retrouve déjà à six points de la Croatie, leader du groupe F. On évoque déjà le départ prochain d'un homme qui n'a pas su convaincre. "On a déjà eu des échecs, on a eu toutes sortes d'entraîneurs mais un tel échec et un si mauvais entraîneur, on n'avait pas encore vu ça", écrivait à l'automne dernier Avi Ratzon, l'une des plumes les plus acérées de la presse sportive israélienne.