Le football amateur en crise après la volte-face de la FFF de poursuivre le National 1

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Les locaux de la FFF
Les locaux de la FFF | Gilles Targat / Photo12 via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

À l'issue d'un Comité exécutif qui s'est tenu à la mi-journée ce jeudi, la Fédération française de football a annoncé qu'elle mettait un terme aux championnats amateurs, du National 2 aux compétitions de ligues, en passant par le National 3, les districts, la D2 féminine et le futsal. Opposé au principe d'une saison blanche, le président Noël Le Graët a confirmé le principe des montées-descentes. Un temps envisagé, l'arrêt définitif du National n'est pas acté et le championnat pourrait se poursuivre à la reprise des compétitions. Une décision qui a poussé Jean-Pierre Scouarnec, président de l'USL Dunkerque, à démissionner de son poste à l'U2C2F.

La décision de la Fédération française de football (FFF) devrait cristalliser les tensions au sein des clubs pensionnaires de National. Alors que la tendance était hier à un arrêt définitif de la saison 2019-2020 de ce championnat, à l'instar de toutes les autres compétitions amateurs, le Comité exécutif de la FFF en a décidé autrement ce jeudi. Dans un communiqué publié dans la foulée de cette réunion qui s'est tenu à la mi-journée, la FFF précise qu'elle a "pris la décision de mettre un terme à l'ensemble des compétitions de Ligues, de Districts, des championnats nationaux du National 3, du National 2, de la D2 féminine et de futsal, et des championnats nationaux de jeunes".

Aucune mention donc du championnat National et de la D1 féminine, hormis quelques lignes plus loin dans le communiqué : "Le Comité exécutif de la FFF, qui souhaite un traitement harmonisé du haut niveau masculin et féminin, a décidé de poursuivre la réflexion en faveur d'une éventuelle reprise compte tenu de la nature spécifique de ces deux compétitions". Hier, les clubs de Pau et de Dunkerque, respectivement premier et deuxième du championnat de National, pensaient obtenir leur montée pour la Ligue 2, la tendance des récentes discussions poussant à cette conclusion.

Querelles au sein des clubs de National

Finalement, la décision ne va pas dans ce sens. Certains clubs professionnels pensionnaires de National auraient tenté de convaincre la FFF, dans les quelques heures précédant la réunion du Comité exécutif, de reporter la décision d'une annulation et de se laisser une chance de reprendre la compétition. Une stratégie payante. "Heureusement que j'étais assis, car sinon j'aurais pu tomber de ma chaise !", s'est exclamé Jean-Pierre Scouarnec, président de l'USL Dunkerque, auprès de France tv sport. "Je suis très en colère contre cette décision. S'il y de la casse chez les pros, ça pose problème alors que chez les clubs amateurs, ça n'intéresse personne." Conséquence de cette volte-face, le président de Dunkerque a, selon nos informations, annoncé sa démission de l'Union des Clubs des Championnats Français de Football (U2C2F), dont il était également le président.

Face à la pression de certains clubs, la FFF a donc décidé maintenir la saison 2019-2020 de National en vie : "L'enjeu sportif de la fin de saison pour le National 1, avec les barrages d'accession au monde professionnel en L2, et celui de la D1 Arkema avec le principe de qualification pour les compétitions européennes et l'UEFA, participe également à cette réflexion", a ainsi précisé la FFF, qui ajoute que ces deux championnats pourraient reprendre en juin, à l'instar du football professionnel.

Pour le reste du football amateur, la saison 2019-2020 prend donc bel et bien fin. Opposée au principe d'une saison blanche, la FFF confirme que des montées et des descentes auront bien lieu. Le nombre de promotions correspondra au règlement du championnat concerné, et une limitation d'un relégué par poule est fixé. Les classements de tous ces championnats, de la National 2 aux ligues régionales et départementales, seront établis selon un principe de quotient, et ce pour mettre sur un pied d'égalité toutes les équipes, même celles ayant disputé moins de rencontres que les autres clubs de leur poule.

Un classement au quotient

Le nombre de points d'une équipe sera donc divisé par son nombre de matches et le classement sera effectué sur ce ratio. Un exemple concret : les Voltigeurs de Châteaubriant, deuxièmes du groupe B de National 3, comptaient 41 points en 17 rencontres avant la suspension des compétitions le 13 mars. Le leader, La Roche-sur-Yon, en comptait 42 en 18 matches joués. Avec le classement au quotient, les Voltigeurs de Châteaubriant obtiendraient la montée à la place du leader actuel, grâce à un meilleur ratio points/matches joués (2,41 contre 2,33).

L'ensemble de ces décisions du Comité exécutif de la FFF ne devrait pas tarder à faire réagir les présidents de clubs, surtout de National. En National 2, une cinquantaine de dirigeants de clubs avaient créé un collectif qui avait recommandé à l'instance du football français de mettre un terme à la saison. Ce groupe a été entendu. En revanche, certains clubs pourraient se sentir lésés par le système de classement au quotient - en disputant plus de matches, une équipe a plus de chances de perdre des points en cours de route -, et les clubs de Pau et de Dunkerque pourraient s'octroyer le droit déposer une réclamation auprès de la FFF. Bien que la fin de la saison ait été sifflée, la FFF débute un nouveau match.