Pierre Mankowski
Pierre Mankowski, l'entraîneur de l'équipe de France Espoirs | DAMIEN MEYER / AFP

La FFF confirme Mankowski à la tête des Espoirs

Publié le , modifié le

Pierre Mankowski a été confirmé sélectionneur des Espoirs en dépit de l'élimination de la France en barrages de l'Euro-2015, a indiqué mercredi la Fédération française de football (FFF).

"Noël Le Graët, président de la FFF, et Pierre Mankowski, sélectionneur de  l'équipe de France Espoirs, se sont rencontrés ce mercredi matin. A l'issue de  cet entretien, il a été convenu que le sélectionneur et son staff poursuivaient  leur mission à la tête de la sélection Espoirs", indique un communiqué de la  "3F".  Mankowski "assurera désormais la préparation des prochains matches amicaux  prévus au calendrier", poursuit la Fédération. Mankowski était précédemment,  notamment, le coach des "Mini-Bleus" champions du monde des moins de 20 ans à  l'été 2013. Le prochain match des Espoirs, amical, sera Italie - France, le jeudi 13  novembre à 20h45, dans un lieu qui reste à confirmer. Puis il y aura France  -Angleterre, le lundi 17 novembre à Brest (21h00).

Les Espoirs avaient remporté leur barrage aller 2 à 0 avant de s'incliner  lourdement au retour 4 à 1 en Suède le 14 octobre. Outre ce revers cuisant, l'attitude de certains joueurs français avait été  très critiquée. Layvin Kurzawa (Monaco), après avoir marqué le seul but des  Bleuets, avaient chambré ses adversaires, la main en visière dans une sorte de  salut militaire. Mais dans la minute qui suivait, les Français encaissaient un quatrième but  synonyme d'élimination. Les jeunes Suédois ont alors repris le geste du  Monégasque pour parader devant leurs spectateurs, puis inondé les réseaux  sociaux en posant façon Kurzawa. "Là, on était dans le +chambrage+, la moquerie, et le +chambrage+ s'est  retourné contre eux", avait déploré Michel Platini, président de l'UEFA, sur  France Info. Raymond Domenech, ex-coach des Espoirs et des Bleus interrogé par Le Monde,  avait été plus cinglant au sujet du "comportement" de Kurzawa: "On se dit qu'il  est débile".

AFP