La déclaration d'intérêt général du Grand Stade de Lyon menacée devant la justice

Publié le , modifié le

Énième rebondissement dans le dossier OL Land. La déclaration d'intérêt général du futur Grand Stade de Lyon pourrait être annulée si le tribunal administratif suit l'avis rendu mardi par le rapporteur public, selon lequel son financement est flou, a-t-on appris auprès de l'avocat d'un riverain qui avait déposé un recours. Le tribunal administratif de Lyon doit rendre sa décision d'ici un mois.

"Le rapporteur public, suivant les moyens que nous avons soulevés, juge que le projet transmis au gouvernement, qui a servi de base à cette DIG, ne comporte aucune indication sur le coût de l'opération et sur son mode de financement", a déclaré à l'AFP l'avocat Etienne Tête, également conseiller municipal EELV à Lyon. En arrière-plan, "le rapporteur se demande s'il n'y a pas des aides directes ou indirectes du Grand Lyon et de la commune de Décines, qui ont vendu des terrains en-dessous de la valeur du marché, ce qui pourrait être contraire au droit européen", a-t-il ajouté.

Le patron de l'OL, Jean-Michel Aulas, a promis de bâtir l'enceinte "sur  fonds entièrement privés", pour 450 millions d'euros, la collectivité prenant  en charge les seuls accès au stade pour 180 millions d'euros. L'OL a signé en  ce sens, en juillet 2011, un protocole d'accord avec le groupe de BTP et de  concessions Vinci dans le cadre d'un partenariat "privé/privé".

Jerome Carrere