David Villa
David Villa | AFP - Christophe Simon

La balade espagnole

Publié le , modifié le

Les observateurs qui estimaient qu'il ne pouvait pas y avoir de miracle pour la petite équipe de Tahiti face aux champions du monde espagnols lors de la Coupe des Confédérations, ne s'étaient pas trompés. De miracle il n'y en a effectivement pas eu puisque l'Espagne s'est imposée très largement (10-0) jeudi au Maracana de Rio, ce qui constitue le nouveau record d'écart de buts dans une phase finale de tournoi Fifa

Cette sortie face à une trop faible équipe tahitienne fut une tranquille partie de campagne pour la Roja et une belle soirée pour ses buteurs, notamment  Fernando Torres, qui a inscrit quatre buts -et manqué un pénalty- et David Villa, auteur d'un triplé. Silva par deux fois et Mata ont complété une addition plutôt corsée, qui permet à l'Espagne, grâce à un goal-average très positif, de prendre la tête du groupe B devant le Nigéria. 

L'Espagne égale la Hongrie

Pour la petite histoire, trois matches de ce type s'étaient terminés sur un écart de neuf buts: Hongrie-Corée du Sud (9-0 au Mondial-1954), Yougoslavie-Zaïre (9-0 au Mondial-1974) et Hongrie-Salvador (10-1 au Mondial-1982). L'Espagne égale ainsi aussi le record de buts marqués en un match de tournoi Fifa, établi par les Hongrois de 1982. En Coupe des Confédérations, l'Espagne fait mieux que le Brésil de 1999 (8-2 contre l'Arabie saoudite).

Concernant les statistiques nationales, l'Espagne avait déjà fait mieux, avec un 13-0 en amical (contre la Bulgarie en 1933), et en match de compétition, un 12-1 contre Malte en 1983 (qualifications à l'Euro-1984). Tahiti égale pour sa part son triste record, un 10-0 encaissé face à la Nouvelle-Zélande en 2004 (qualifications au Mondial-2006).

Christian Grégoire