Frédéric Thiriez - Noel Le Graet
Frédéric Thiriez (à droite) a menacé la Fédération en cas d'annulation de la décision de la Ligue de passer à deux montée et descentes entre L1 et L2 dès la saison prochaine | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

L1-L2 : La FFF annule la décision de la LFP

Publié le , modifié le

Ce matin, lors du comité exécutif, la Fédération française de football, en désaccord avec la Ligue, a décidé d'annuler la décision prise le 9 juillet dernier de passer de trois à deux montées et descentes entre la Ligue 1 et la Ligue 2. Frédéric Thiriez, parlant "d'une crise majeure" entre les instances dirigeantes du football français, a affirmé que la LFP allait saisir en "référé le Conseil d'Etat" pour infirmer cette décision.

Le divorce est consommé entre la FFF, instance dirigeante suprême, et la LFP suite à la décision prise ce matin, lors du comité exécutif, d'invalider le principe de deux montées,  deux descentes entre Ligue 1 et Ligue 2 adopté par la Ligue de football professionnelle le 9 juillet dernier. 

Ce matin sur Europe1, le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner, avait déploré ces tensions entre les deux instances dirigeantes du foot tricolore et les avait appelé à "se réunir" pour "trouver un accord". De cette discorde, Patrick Kranner, redoutait les conséquences, notamment en terme d'image, alors que la France accueillera dans un an l'Euro. 

Cet appel au calme n'a pas eu l'effet escompté et Frédéric Thiriez a décidé de saisir en référé le Conseil d'Etat pour infirmer la décision prise par la FFF. "La Fédération vient de prendre la lourde responsabilité de créer un  conflit majeur avec la Ligue de football professionnel. C'est une décision que  j'estime illégale et grave pour l'avenir du football. Malheureusement, elle a  été prise, je n'ai pas dû être assez convaincant. En conséquence, je saisis  immédiatement le Conseil d'Etat pour une demande de suspension de la décision",  a déclaré le patron de la LFP au sortir du comité exécutif.  Avant d'ajouter : "Ce n'est pas de gaieté de coeur, mais je suis garant des décisions du  Conseil d'Administration de la LFP et de l'autonomie de décision de la LFP  s'agissant de l'organisation de nos championnats professionnels. Mais je dois  défendre l'institution dont je ne suis que le modeste héritier après 75 ans  d'histoire. J'irai donc jusqu'au bout".

Pour Noël Le Graët, la décision prise aujourd'hui par le comité exécutif est "sage". Avant de rappeler avec autorité : "Il n'y a pas deux grandes instances, il n'y en a qu'une seule, la FFF. Une  seule. C'est la Fédération qui a obtenu l'Euro-2016, pas les autres. C'est la  Fédération française aussi qui a obtenu la Coupe du monde 2019 pour les filles.  Et 2018 pour les moins de 20 ans". Ceci a le mérite d'être clair. 

Isabelle Trancoën