Karim Benzema
Karim Benzema | SEFA KARACAN / ANADOLU AGENCY

Karim Benzema impliqué dans une tentative d’enlèvement ?

Publié le , modifié le

Dans une enquête publiée ce jeudi, Mediapart révèle qu’un agent qui travaillait avec Karim Benzema a porté plainte pour tentative d’enlèvement et de séquestration le 8 octobre. Celui-ci accuse des proches de l’attaquant français d’avoir tenté de le kidnapper

Karim Benzema de nouveau dans le viseur de la justice ? Alors que cette dernière  doit se prononcer le 8 novembre sur la validité de l’enquête sur l’affaire de chantage à la sextape, Mediapart révèle ce jeudi dans une enquête que l’attaquant du Real Madrid est "suspecté d’être impliqué dans une tentative d’enlèvement".  Léo D’Souza, intermédiaire et agent ayant travaillé récemment avec Karim Benzema, a porté plainte lundi 8 octobre au commissariat de Nanterre pour "tentative d’arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire, violence n’ayant entraîné aucune incapacité de travail". Une plainte dont s’est saisi le parquet de Paris, qui a ouvert le lendemain une enquête préliminaire pour "tentative d’extorsion".

L’homme accuse des proches du madrilène d’avoir tenté de le kidnapper à Paris, après le match opposant le Paris Saint-Germain à l’Olympique Lyonnais le 7 octobre dernier. La scène – racontée en détails par Mediapart - se passe dans un bar à chica du XIIIe arrondissement de Paris. Invité par un ami commun à Karim Benzema pour s'entretenir via FaceTime avec l'international français, D’Souza raconte avoir été agressé physiquement puis avoir fait l'objet d'une tentative d'enlèvement de la part de Smaïne Tabennehas, un ami d’enfance de Karim Benzema. Celui-ci était accompagné de Yamna Aghrib (chargée de la communication de l’avant-centre madrilène) ainsi que du chauffeur du joueur quand il est de passage à Paris, leur présence ayant été confirmée par les intéressés. La présence de Karim Benzema sur les lieux de l’altercation a vite été écartée par la police judiciaire de Paris selon Mediapart. Mais ce dernier affirme que Smaïne Tabennehas et Yamna Aghrib sont ensuite rentrés au Royal Monceau, où logeait le Madrilène cette nuit-là.

Un litige de 50 000 euros

Selon D'Souza, le litige porterait sur le transfert de 50 000 euros en liquide, une somme liée à une prestation de sponsoring effectuée par Benzema et dont D'Souza était chargé de convoyer du Maroc jusqu'en France. Somme qui aurait été finalement saisie par les douaniers à l’aéroport de Marrakech. "Monsieur Benzema pense que je lui suis redevable de la somme de 50 000 euros", a expliqué D’Souza aux policiers qui enregistraient sa plainte.

Du côté du clan Benzema, on nie toute agression. Contacté par Mediapart, Smaïne Tabennehas a confirmé sa présence sur les lieux mais dément formellement la version de D’Souza. "Je sors du van et je tombe sur Léo, c'est un ami. D'un coup, il a commencé à s'exciter. Les gens sont sortis. Il s'est mis au sol, a commencé à faire un cinéma. J'ai jamais vu ça", a-t-il expliqué. "La plainte de Monsieur D’Souza est une tentative aussi mensongère que maladroite de couvrir ses turpitudes", a de son côté réagi l’avocat de Karim Benzema, Me Sylvain Cormier. Le joueur a lui aussi réagi dans la soirée via un message posté sur son compte Twitter, faisant part de son exaspération. "Ce monde est-il sérieux ?", a ainsi tweeté Benzema en reprenant certains faits supposés par Mediapart, y ajoutant les hastags #FautArreter, #Givemeabreak et #Ctrop.