Juan Roman Riquelme prend sa retraite

Juan Roman Riquelme prend sa retraite

Publié le , modifié le

L'Argentin Juan Roman Riquelme a annoncé ce dimanche sa retraite. A 36 ans, le génial meneur de jeu n'a pas trouvé un "projet motivant" pour continuer l'aventure. En dépit d'une longue carrière commencée au XXe siècle qui l'a vu passer de l'Argentine à l'Europe, il restera dans les mémoires pour son immense talent plus que pour son palmarès.

Ce lundi, l'Argentine a mal à son football. Outre la retraite sportive de David Trezeguet, né en Argentine, le pays a appris dimanche soir la retraite d'une de ses idoles, Juan Roman Riquelme. Le milieu de terrain de 36 ans, malgré une approche du club uruguayen de Cerro Porteno, a décidé de mettre un terme à sa carrière n'ayant pas trouvé un "dernier projet" motivant. "C’est un jour important car j’ai pris la décision de ne plus jouer au football, a-t-il annoncé en direct sur ESPN. J'ai adoré jouer au football. J'espère que ceux qui l'ont fait à côté de moi, aussi. J'ai essayé de passer un maximum de bons moments, de tout donner pour les supporters de Boca, de l'Argentine, de Villarreal et du Barça, a ajouté l'ancien membre de l'Albiceleste (51 sélections, 17 buts). C'est une décision mûrement réfléchie, car je suis quelqu'un qui prend les décisions calmement. Je vais maintenant profiter de mon temps libre, je vais prendre du plaisir et profiter de mes enfants. Une vie se termine mais une nouvelle commence". 

Un talent immense, un petit palmarès

Pour les amoureux du football, les esthètes, Juan Roman Riquelme aura été l'un des derniers 10 "à l'ancienne". Celui qui contrôle le rythme du match. Elevé à l'école de Boca Juniors, comme Diego Maradona, il n'avait pourtant pas le même profil que le "Pibe de oro". Beaucoup moins explosif et buteur, il était d'abord un organisateur. Par son sens de la passe, exceptionnel, et son toucher de balle, délicieux, il n'avait pas son pareil pour faire (bien) joué son équipe. La Bombonera et Boca Juniors, alors entraîné par Carlos Bianchi, s'en rappellent. Sous ses ordres et avec son acolyte de l'attaque Martin Palermo, Juan Roman Riquelme, ils ont remporté la Coupe Intercontinentale en 2000 en battant le Real Madrid. Avec Boca, il a également remporté trois Copa Libertadores (l'équivalent de la Ligue des Champions) en 2000, 2001 et 2007 et cinq championnats.

En Europe en revanche, ce fut moins brillant. Arrivé au Barca en 2002, il n'y resta qu'une saison incapable de s'adapter aux exigences de Louis Van Gaal. Peut-être que le Hollandais n'a pas su non plus faire jouer l'Argentin à une époque où le Barca évoluait dans l'ombre du Real Madrid. A Villareal en revanche, ce fut beaucoup mieux. L'équipe jouait pour lui. Il hissa le sous marin Jaune jusqu'en demi-finale de Ligue des Champions (2006), perdue contre Arsenal. Mais plus que sa carrière en club, c'est avec l'Argentine que Riquelme a connu ses plus grands regrets. Notamment lors du Mondial 2006, où en tant que maître à jouer de l'Albiceleste, il s'arrêta en quarts de finale. L'Argentine, qui menait 1-0 à sa sortie du terrain contre l'Allemagne, s'inclina finalement 2-1. Deux ans plus tard, il remporta l'or aux JO avec Lionel Messi. 

Benoit Jourdain @BenJourd1