Varane et Van Persie volent
Raphael Varane et Robin Van Persie s'envolent en Ligue des Champions | MAXPPP - ALBERTO MARTIN

Jeunes et Conquistadors

Publié le , modifié le

Ils sont jeunes et plein de talent, ont quitté la France du Foot très tôt, fait des choix audacieux et flambent aujourd’hui à l’étranger. Ils ont été repérés par des clubs étrangers ou ont tenté leur chance ailleurs, faute de perspective dans l'hexagone. Grâce à ces choix risqués, ils brillent aujourd'hui en Italie, en Angleterre, en Allemagne, au Portugal ou en Espagne, comme Raphael Varane, 19 ans, qui vient de jouer deux Clasicos avec le Real Madrid.

De ces jeunes talents qui s'exilent, on peut faire deux catégories. Il y a ceux qui quittent la France anonymes, parce qu'ils ne sont pas parvenus à y percer ou parce qu'un club étranger a très tôt détecté leur potentiel. Et il y a ceux qui s'exilent en laissant les observateurs perplexes sur leur choix de carrière. Promis à un bel avenir en Ligue 1, où ils sont parfois titulaires, on dit qu'ils cèdent aux sirènes des grands clubs européens, quitte à cirer le banc et se brûler les ailes. Leur mérite n'en est que plus grand lorsqu'ils parviennent à éclore dans ces clubs étrangers, où la concurrence est rude et rien ne leur est acquis d'avance. Si Raphael Varane commence à se faire un nom en France grâce à ses performances à Madrid, d'autres pépites brillent loin de notre regard. Tour d'horizon.

Chez les Ibères ils se libèrent

Raphael Varane, 19 ans, Real Madrid : L'ascension de ce jeune homme est fulgurante. Formé à Lens, il débute en pro à 17 ans et devient capitaine de la formation nordiste à seulement 18 ans. Convoité par de grands clubs, dont Manchester United et le PSG, il choisit finalement le Real Madrid, sur les conseils de Zinedine Zidane. Un an et demi plus tard, Raphael Varane est encensé par José Mourinho et fait la Une des quotidiens espagnols. La raison en est simple, le jeune tricolore vient de livrer deux performances de haute-volée face au FC Barcelone, muselant Lionel Messi et inscrivant deux buts en autant de rencontres. Promis à un bel avenir, à Madrid comme en Bleu, Raphael Varane a déjà été appelé par Didier Deschamps pour disputer le match France-Allemagne du 6 février dernier, mais il n’a pas pu honorer sa première cape à cause d’une blessure. Il pourrait cependant être aligné d’entrée face à l’Espagne le 26 mars prochain, pour un match à enjeu comptant pour les éliminatoires du mondial 2014, que ce jeune « Ch’ti » doit avoir dans un coin de la tête…

Antoine Griezmann, 21 ans, Real Sociedad : A la Real Sociedad, 6e de Liga, il n’y a pas que l’entraineur qui est français. Philippe Montanier peut compter sur son milieu offensif de poche, Antoine Griezmann. Originaire de Mâcon, où il a été formé, ce virevoltant gaucher a essuyé de nombreux refus en France à cause de son gabarit, jugé trop frêle. En 2006, c’est donc un club espagnol qui mise sur sa technique et l’enrôle afin de poursuivre sa formation. Il passe pro en 2009 et joue son premier match de Liga, dans lequel il marque d’emblée. Il a depuis pris part à 140 matches et inscrit 28 buts pour le plus grand bonheur des « Socios » de son club, dont il est le petit protégé. De nombreux clubs se sont intéressés à lui, comme Lyon, Liverpool ou Manchester United.

Geoffrey Kondogbia, 20 ans, FC Séville : Il est la troisième perle française qui brille en Liga. Comme Raphael Varane, ce jeune espoir tricolore a terminé sa formation au RC Lens et y a fait ses grands débuts. L’été dernier, alors que Lens est en Ligue 2, il est repéré par le FC Séville et quitte le Pas-de-Calais pour environ 4 millions d’euros. Après une courte période d’adaptation et 23 matches joués devant la défense, la presse espagnole le compare déjà à Patrick Vieira. Depuis l’arrivée d’Unai Emery aux commandes de Séville le 14 janvier dernier, Kondogbia prend ses aises dans l’équipe et débute tous les matches. La Juventus Turin, ancien club de Patrick Vieira, compterait bien faire sauter la clause libératoire du Bleuet en déboursant les 8 millions d’euros requis.

Eliaquim Mangala, 22 ans, FC Porto : A 22 ans à peine, Eliaquim Mangala fait déjà partie de l’équipe type de Porto, bien placée pour accéder aux quarts de finale de la Ligue des Champions cette année. Après un an d’adaptation, ce français d’origine congolaise impressionne dans la défense des « Bleu et Blanc », qui n’a encaissée que 9 buts en 19 matches. S’il joue pour l’équipe de France espoirs, Eliaquim Mangala n’a jamais joué en France. Il a fait ses gammes en Belgique, à Namur puis au Standard de Liège où il passe professionnel avant de partir pour le Portugal pour 6,5 millions d’euros. Il est aujourd’hui convoité par de nombreux clubs, dont Manchester City ou le PSG, qui risquent cependant de déchanter devant la clause libératoire du jeune français, qui s’élève à… 50 millions d’euros.

Dolce vita et concurrence

Paul Pogba, 19 ans, Juventus Turin : Avec Raphael Varane il est l’autre fer de lance des jeunes français qui s’exilent pour éclore. Il est en pleine bourre à la Juventus Turin, seule en tête du Calcio, où il a signé l’été dernier. Il enflamme le public turinois grâce à son talent au milieu du terrain et ses buts spectaculaires. Sir Alex Ferguson avait été très déçu quand Pogba a quitté Manchester, qu’il avait rejoint en 2009, à 16 ans. On comprend désormais pourquoi au vu du potentiel qu’affiche le jeune homme dans l’entrejeu de la vieille dame. Pogba a déjà su séduire ses partenaires. Gianluigi Buffon a dit de lui : « C'est une très belle surprise. C'est un garçon intelligent, et quand tu as son talent et la tête sur les épaules, ta route est toute tracée, c'est certain. » Une route vers l’équipe de France et le mondial 2014 ?

M'Baye Niang, 18 ans, Milan AC : Après les turbulences qui ont émaillées son arrivée à Milan (il a été arrêté sans permis au volant d’une voiture et a pris part à l’escapade nocturne des Bleuets avant le match France-Norvège qui a couté si cher à Yann M’Vila), l’attaquant milanais a su faire taire ses détracteurs, à force de travail et d’abnégation. Il avait été très critiqué lorsqu’il a quitté Caen l’été dernier pour rejoindre les Rossoneri à seulement 17 ans. Mais le risque qu’il a pris semble aujourd’hui payer. La semaine dernière, il a été à l’origine du deuxième but de son équipe face au FC Barcelone en huitième de finale de la Ligue des Champions. Satisfaits, les dirigeants du Milan songeraient à prolonger son contrat jusqu’en 2018.

Ishak Belfodil, 21 ans, Parme : Ishak Belfodil quitte Lyon pour l'Italie à 20 ans. Il est prêté six mois à Bologne avant de rejoindre à Parme à l'été 2012. Le Franco-Algérien fait depuis les beaux jours de ce club. Ses débuts furent fracassants à la pointe de l'attaque parmesane, il a inscrit 6 buts pour ses 11 premières titularisations. Il enchaine depuis les performances de haut-niveau, au point d'être convoité par Naples, la Juventus ou bien le Milan AC. S'il a la double nationalité, Ishak a choisi sont pays natal pour équipe nationale. Bien qu'il soit encore sélectionnable en équipe de France – il a été sélectionné une fois par l'Algérie mais n'a pas joué – il y a fort à parier qu'il ne révisera pas son choix, malgré ses performances remarquables en Italie.

Un saint parmi les « Saints »

Morgan Schneiderlin, 23 ans, Southampton : Formé à Strasbourg où il débute et apparait même en Ligue 1, Morgan Schneiderlin quitte l’Alsace à 18 ans pour rejoindre Southampton et tenter sa chance en Championship. Trois saisons plus tard, son club termine champion de deuxième division anglaise et accède à l’élite. Depuis l’été dernier, Schneiderlin est l’auteur de prestations très convaincantes au milieu du terrain des « Saints » et s’impose comme un vrai cadre de l’équipe. Il inscrit son premier but en Premier League face à Manchester United. A seulement 23 ans, il a déjà disputé 185 matches en Angleterre.

Dans le sillage de « Kayser Franck »

Jonathan Schmid, 22 ans, SC Fribourg : Comme Morgan Schneiderlin, qu'il connait bien, Jonathan Schmid a été formé à Strasbourg. Il ne s'impose pas dans le Bas-Rhin alors il tente sa chance en Allemagne. En 2008, il tape dans l'œil d'un entraineur de Fribourg. Il se met sérieusement au travail, perd 9 kilos et s'impose dans l'entrejeu fribourgeois en Bundesliga 2. L'année qui suit son arrivée, il contribue à faire monter le club dans l'élite allemande. Il est aujourd'hui le joueur le plus utilisé par son entraineur et l'un des artisans principaux de la très belle saison du SC Fribourg, actuel 5e de la Bundesliga et candidat à l'Europe. En moins de trois saisons, il a disputé 104 matches avec Fribourg pour devenir la coqueluche du public allemand, qui loue sa vision du jeu, sa vitesse, sa solidité dans les duels et n'hésite pas à le comparer à l'autre Français qui flambe outre-Rhin : Franck Ribéry, l'idole de Jonathan.

Lire : Jonathan Schmid : « D’autres joueurs de Ligue 1 rejoindront l’Allemagne »