Jérôme Champagne
Le Français Jérôme Champagne, candidat à la présidence de la Fifa | AFP - JOHN THYS

Jérôme Champagne s'exprime sur la FIFA

Publié le , modifié le

Jérôme Champagne, candidat à la présidence de la Fifa, a assuré que sa volonté d'"engager des réformes" lui avait valu d'être évincé de l'instance en 2010. "Certains avaient peur de perdre leurs privilèges (...) Pour d'autres, j'étais devenu trop puissant", assure le Français âgé de 57 ans dans une interview publiée dimanche par l'hebdomadaire suisse-allemand SonntagsBlick.

Un autre hebdomadaire suisse, Le Matin Dimanche, affirme que Champagne a  touché un "parachute doré (...) estimé à 3,5 millions de francs suisses (3,2  millions d'euros)" lors de son éviction de la Fifa, ce qui "risque d'être  utilisé contre lui par ses adversaires" lors de l'élection.

Champagne a travaillé 11 ans à la Fifa, où il a occupé de hautes fonctions: secrétaire général adjoint (2002-2005), délégué du président (2005-2007) et directeur des relations internationales (2007-2010).

Interrogé par le SonntagsBlick sur ses relations avec Blatter, dont il est réputé être proche, Jérôme Champagne a refusé de charger l'ancien homme fort de la Fédération internationale, se contentant de répondre:  "Je ne dirai rien de mal sur Sepp  Blatter, il a fait beaucoup de bien pour le football". Par ailleurs,"en tant que diplomate, j'étais, avant de travailler pour la FIFA, déjà actif au Brésil, et on ne voulait pas de moi pour le Mondial du Brésil en 2014), car j'avais critiqué des fonctionnaires", poursuit-il.

Champagne a en outre réfuté avoir de mauvaises relations avec son compatriote Michel Platini, président de l'UEFA et lui aussi candidat à la tête  de la Fifa. "Nous avons des conceptions différentes", a-t-il dit. "J'ai  étroitement travaillé avec lui pour le Mondial 1998 en France, je l'ai  soutenu", a-t-il ajouté.

Christian Grégoire