Juventus Zaza
Zaza a été décisif pour la Juventus Turin | GIUSEPPE CACACE / AFP

Zaza propulse la Juventus en tête

Publié le , modifié le

Le choc au sommet de la Serie A entre la Juventus Turin et Naples a tenu toutes ses promesses. La rencontre et peut-être le championnat ont basculé à la 88e minute sur une frappe flottante de Zaza qui offre la victoire in extremis aux Bianconeri. Grâce à leur 15e victoire consécutive (record du club), ils passent en tête pour la première fois de la saison. Plus tôt dans la journée, la Roma est repassée sur le podium en s'imposant 3-1 à Carpi.

Dans ce duel au sommet très attendu, Dybala côté Juventus, Insigne et  Higuain côté Naples ont été bien maîtrisés par des défenses expertes. Et c'est finalement d'un remplaçant, Simone Zaza, qu'est venue la décision  à la 88e minute, sur une frappe violente mais que Reina aurait peut-être sortie  sans une déviation d'Albiol. Privée à l'intersaison de Tevez, Vidal et Pirlo, la Juventus avait connu un  début de saison terrible, glissant jusqu'à la 17e place et comptant un temps  plus de 10 points de retard sur la première place. La Roma, l'Inter, la Fiorentina et Naples, surtout, ont cru pouvoir en  profiter. Mais la "Vieille Dame" aime trop la victoire pour renoncer. Les Turinois ont donc gagné, gagné et encore gagné.

Bonucci sauve la Juve

Samedi, ils ont ajouté  une nouvelle victoire, la 15e, à leur série record et ils ont repris la seule  place qu'ils estiment être digne d'eux: la première. Les voilà désormais un  point devant Naples et grands favoris pour le titre, qui serait le cinquième  consécutif. Cela n'a pas été simple, pourtant. La Juventus a dû surmonter les absences  de Mandzukic et de Chiellini puis la blessure de Bonucci en début de deuxième  période. Elle a aussi dû surpasser une équipe de Naples très solide, qui voit elle  se terminer sa propre série historique de huit succès enchaînés. Longtemps intense mais assez fermé, le match a valu par quelques gestes de  classe isolés, un double contact d'Insigne, un sombrero de Dybala, une remontée  de balle de Pogba. Mais aussi par l'incroyable sauvetage de Bonucci devant  Higuain, qui se voyait déjà marquer un 25e but en 25 matches (35e). C'est ce genre de geste qui fait de la Juventus la meilleure défense  d'Italie et qui en fera un adversaire très coriace pour le Bayern Munich en 8e  de finale de la Ligue des Champions.

Course au podium

Après la lutte pour le titre samedi, c'est de course à la troisième place  que l'on parlera dimanche. La Fiorentina (4e) reçoit l'Inter Milan (5e), deux  des trois candidats avec l'AS Rome à cet accessit qualificatif pour les  barrages de la Ligue des Champions. Lors du match aller, la Fiorentina et Nikola Kalinic, auteur d'un triplé,  avaient donné une leçon de football offensif à une Inter totalement dépassée  devant son public (4-1). Les Milanais sont donc prévenus mais la Viola semble plutôt favorite,  l'Inter avançant au ralenti depuis le mois de janvier avec une seule victoire  lors de ses six derniers matches. Mais en attendant le match de dimanche soir, c'est bien la Roma qui s'est  installée sur la troisième marche du podium. Samedi, les Romains ont décroché une quatrième victoire consécutive en  allant battre Carpi 3-1, grâce notamment à un joli but de Lucas Digne et au  réveil d'Edin Dzeko, buteur et très présent dans le jeu offensif. Après des débuts difficiles (un point en deux matches), l'effet Luciano  Spalletti commence donc à se faire sentir à Rome, où les ambitions de Ligue des  Champions reviennent. De son côté, l'AC Milan n'a peut-être pas renoncé à tout espoir de C1,  grâce à une série de six matches sans défaite (3 victoires et 3 nuls). Mais  pour y croire encore, il faudra battre le Genoa dimanche.

AFP