L'entraineur de la Juventus Antonio Conte
L'entraineur de la Juventus Antonio Conte | ANDREAS SOLARO / AFP

Suspension réduite pour Antonio Conte

Publié le , modifié le

La suspension de l'entraîneur de la Juventus Turin, Antonio Conte, réduite de 10 à 4 mois par le Tribunal arbitral du sport italien. Il avait été pris dans l'affaire des paris truqués dans le Calcio ("Calcioscommesse") alors qu'il entraînait l'équipe de Sienne. Il pourra donc retrouver le banc de touche turinois à compter du 8 décembre.

Antonio Conte pourra finalement aller sur un banc de touche cette saison. Suspendu jusqu'en juin 2013 dans le cadre du scandale des matches truqués, sanction qui avait été confirmée en appel en août, l'entraîneur de la Juventus reprendra place sur le bord du terrain dès la fin de l'année 2012. Le Tribunal arbitral du sport italien (TNAS) a en effet assoupli le jugement. Au lieu de 10 mois, il ne lui reste plus qu'à purger une peine de quatre mois, pour n'avoir pas dénoncé des faits de corruption lors d'un match de Sienne, qu'il entraînait alors, à Albinoleffe (2e division) le 29 mai 2011 (victoire 1-0 de Sienne).

Le TNAS "rejette la demande principale d'Antonio Conte (le non-lieu, ndlr) mais la reconnaît partiellement et lui inflige la sanction jusqu'au 8 décembre" et non jusqu'à début juin. Conte a toujours nié avoir été au courant de la manipulation de cette rencontre par des parieurs afin de miser à coup sûr sur son résultat.

Coupable sur un match

Il devrait pouvoir être de retour sur le banc pour la 16e journée de Championnat d'Italie à Palerme, mais ne reviendra pas en Ligue des champions avant les 8e de finale, si la Juve se qualifie. La sanction avait été étendue à toutes les compétitions par la Fédération internationale (Fifa), et la 6e et dernière journée de poules de C1 se dispute le 5 décembre (Shakhtar Donetsk-Juventus). La tentative de conciliation entre les avocats de Conte et de la Fédération italienne (FIGC) avait échoué mercredi.

La décision du TNAS entérine la non-dénonciation de corruption reprochée à Conte. La peine a été réduite car le match Albinoleffe-Sienne est le seul où ces faits sont reprochés à l'ancien entraîneur de Sienne dans le scandale du Calcioscommesse qui secoue l'Italie depuis un an et demi. Les accusations contre lui pour un match Novare-Sienne n'ont pas été retenues.