Serie A :  Lulic au coeur de la polémique après le derby romain

Serie A : Lulic au coeur de la polémique après le derby romain

Publié le , modifié le

L'international bosnien de la Lazio Rome Senad Lulic était au coeur d'une polémique dimanche soir en Italie après avoir déclaré qu'Antonio Rüdiger, défenseur allemand d'origine sierra-léonaise de l'AS Rome, "vendait des chaussettes et des ceintures" il y a deux ans.

"Rüdiger parlait déjà avant le match. Il y a deux ans il était à Stuttgart à vendre des chaussettes et des ceintures et maintenant il fait le phénomène", a déclaré Lulic sur la chaîne italienne Mediaset Premium juste après avoir perdu avec la Lazio le derby face à la Roma (2-0). Ces propos jugés racistes ont déjà été abondamment commentés et condamnés sur les réseaux sociaux. "Je ne veux plus en parler. Peut-être qu'à chaud on dit des choses qu'il ne faudrait pas. Présenter des excuses à Rüdiger? C'est bon, les blancs aussi vendent des chaussettes", a ensuite ajouté Lulic en zone mixte, selon des propos rapportés par la Gazzetta dello Sport.

La Lazio s'excuse

Un responsable de la communication de la Lazio Rome a lui présenté des excuses au nom du club à l'issue des conférences de presse. "Je présente des excuses au nom du club et de Lulic. Ce sont les mots prononcés à chaud par un joueur après avoir perdu un derby auquel il tenait beaucoup", a déclaré Arturo Diaconale. "C'est une polémique qui a dépassé les limites et qui vient des paroles prononcées auparavant par Rüdiger. Mais nous souhaitons que la Lazio soit un modèle de correction", a-t-il ajouté.

Rüdiger avait déjà été au centre d'une polémique du même type il y a un an quand l'ancien grand joueur italien Stefano Eranio avait été licencié par la télévision suisse RSI pour des propos racistes après une erreur du défenseur allemand. "Les joueurs de couleur qui évoluent en défense font ce genre d'erreur car ils ne sont pas assez concentrés. Ils sont puissants physiquement mais dès qu'il s'agit de réfléchir, ils font des erreurs", avait-il dit

AFP