Serie A : La Juventus in extremis face à la Lazio

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Ronaldo

Avant la rencontre, qui compte pour la 21e journée de Serie A, 24 points séparaient la Juventus de Turin de la Lazio de Rome. Ce dimanche soir, les Turinois ont mis trois points de plus d'écart aux Romains. Pourtant ces derniers ont tenu le choc face au leader du championnat italien. La Lazio a même ouvert le score sur un but contre-son-camp de Emre Can. Mais les champions en titre ont réagi par Cancelo et ont su l'emporter grâce à un penalty obtenu par ce même Cancelo. Cristiano Ronaldo n'a pas manqué de le transformer.

Et c'est encore le latéral portugais, Cancelo, qui à la 88e minute a obtenu un penalty. Ronaldo s'est alors avancé. Il avait manqué son précédent penalty, il y a 10 jours en Coupe d'Italie, et il n'avait alors rien fait du match. Pouvait-il douter ? La réponse est venue sous la forme d'un missile sous la barre. Non.

Secouée dans tous les sens pendant plus d'une heure par une excellente Lazio, dure au pressing et ne renonçant jamais à l'intensité, la Juventus s'en est donc tirée, un peu par miracle et un peu parce que son banc peut faire la différence, même quand les absents sont nombreux (Pjanic, Mandzukic).  Son entraîneur Massimiliano Allegri s'inquiètera tout de même peut-être de cet état de forme incertain, alors que s'approche le 8e de finale de Ligue des Champions face à l'Atletico de Madrid.  Mais en championnat, la marge des Turinois est désormais un peu plus immense encore.

Naples (2e), qui n'a pu ramener qu'un point de son déplacement à San Siro face à l'AC Milan (0-0) est en effet désormais à 11 points. Battue 1-0 sur la pelouse du Torino dimanche, l'Inter Milan a fait pire encore et a un peu fragilisé sa troisième place, à 19 (!) longueurs du leader. Déjà tenue en échec par Sassuolo la semaine dernière (0-0), l'Inter traverse décidément une période difficile, encore compliquée par les envies de départ du Croate Perisic, l'un de ses cadres. Dimanche, Luciano Spalletti avait installé un inhabituel 3-5-2 pour aller affronter le Torino, mais cette innovation n'a absolument pas fonctionné.*

La Roma gâche

Les Milanais ont livré une prestation catastrophique, logiquement sanctionnée par une défaite, les Turinois s'imposant grâce à un but de la tête d'Izzo en première période. L'Inter conserve certes sa place sur le podium, mais cette défaite laisse à certains poursuivants l'espoir d'un retour qui semblait encore très improbable il y a quelques semaines.

 Après son nul contre Naples, l'AC Milan (4e) revient en effet à cinq points. L'AS Rome (5e) non plus n'est pas si loin, à six longueurs seulement de l'Inter. Mais les Romains peuvent s'en vouloir, car ils auraient pu être 4e dimanche, à quatre points seulement du podium. Ils menaient en effet 3-0 à Bergame face à l'Atalanta avant de dilapider leur avance de façon inexplicable. Le début de match avait pourtant souri aux hommes d'Eusebio Di Francesco, avec deux buts de Dzeko (5e et 30e), leur buteur retrouvé, et deux nouvelles passes décisives du jeune et talentueux Zaniolo.

Grâce à El Sharaawy, la Roma menait même 3-0 à la 40e minute, mais elle a laissé l'Atalanta (7e) y croire avec le but de Castagne juste avant la pause (3-1, 44e). En deuxième période, les Romains se sont ensuite totalement liquéfiés, dépassés par l'énergie déployée par l'Atalanta, meilleure attaque du championnat. Toloi a d'abord réduit le score de la tête (59e), puis Zapata a eu une première occasion d'égaliser avec un penalty... expédié en virage.

Mais au lieu de profiter de ce cadeau, la Roma a trouvé le moyen de reperdre immédiatement le ballon, permettant à Zapata de marquer le but du 3-3 exactement 44 secondes après avoir raté son penalty. "L'Atalanta est forte, mais les matches comme ceux-là, il faut les gagner", a regretté Dzeko.

AFP