Serie A : joli coup pour Naples et Gattuso contre la Juve de Pirlo

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Naples - Gattuso
Gennaro Gattuso félicite ses joueurs après la victoire contre la Juventus (1-0). | FEDERICO PROIETTI / DPPI VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Dans ce duel au sommet de Serie A, le Napoli de Gennaro Gattuso a fait la bonne opération du soir face à la Juventus d'Andrea Pirlo (1-0) grâce au penalty de Lorenzo Insigne (31e). Naples revient quatrième, à deux points des Turinois.

Deux légendes du football italien s'affrontaient en début de soirée, samedi 13 février, et c'est le Napoli de Gennaro Gattuso qui a pris le meilleur sur la Juventus, l'équipe de son ami Andrea Pirlo (1-0). Naples doit sa victoire à Lorenzo Insigne, qui cette fois n'a pas manqué son penalty pour offrir un joli coup à Naples (1-0) et un bon bol d'air à son entraîneur, lors de la 22e journée de Serie A. Grâce à l'Italien, qui restait sur trois échecs sur penalty contre les Bianconeri, et aux arrêts décisifs de son gardien Alex Meret, Gattuso a donné une leçon de réalisme à la Juve. Cette troisième défaite en championnat est un avertissement pour les Turinois avant leur huitième de finale de Ligue des champions à Porto mercredi 17 février.

Penalty peu évident pour une faute de Chiellini

"J'étais serein sur le penalty, parce que j'ai la confiance de mes coéquipiers et de l'entraîneur, ça me suffit", a assuré Insigne après son centième but sous le maillot napolitain (toutes compétitions confondues). Le penalty a été accordé après intervention de la VAR pour sanctionner une faute peu évidente de Giorgio Chiellini (31e). "Je suis content pour le résultat, mais surtout pour la prestation de l'équipe, on s'est battu jusqu'au bout", a-t-il ajouté après un succès qui ramène Naples dans le Top 4 synonyme de Ligue des champions (à égalité avec la Roma et la Lazio), à deux points de la Juve (3e).

Dans le stade Diego-Maradona aux allures de réfrigérateur (3°C), balayé par le vent, la Juventus a beaucoup tenu le ballon, pressé avec énergie. Mais elle s'est montrée incapable de tromper un Meret impeccable devant Cristiano Ronaldo (49e) puis dans une fin de match où la température a grimpé sur son but. "On n'a pas subi un tir cadré et on perd sur un épisode douteux", a regretté Pirlo. Le penalty est "douteux car ça veut dire qu'il ne peut plus jamais y avoir de contacts dans la surface. J'aimerais voir ce qui se serait passé si cela avait été en notre faveur", a poursuivi l'entraîneur turinois.

Gattuso lui-même a admis que "la Juve méritait un peu mieux". "Mais on a fait le match qu'il fallait, c'est une grande victoire, dont on avait besoin pour le moral", a-t-il enchaîné, en espérant pouvoir retrouver bientôt les joueurs-clé qui lui manquent (Mertens, Koulibaly, Manolas). Juve et Napoli n'en ont pas fini cette saison car ils doivent encore disputer le match aller qui n'a pas eu lieu en octobre: les Napolitains n'avaient pas fait le voyage à Turin après deux cas de Covid-19 dans leur effectif.

Inter - Lazio Rome dimanche

Dimanche 14 février, le dauphin des Milanais, l'Inter Milan, accueille la Lazio Rome pour une affiche au parfum de Ligue des champions. Pour les Laziali, qui affronteront dans dix jours le Bayern Munich en huitième de finale de C1, le Top 4 est l'objectif numéro un : cela aurait même pour eux la saveur d'un scudetto, a assuré samedi Simone Inzaghi. Les Nerazzurri, eux, rêvent désormais de scudetto, mais le vrai. Soit leur dernière chance de décrocher un titre cette saison après leurs éliminations des coupes européennes et nationale (mardi par la Juventus en demi-finale).

à voir aussi Premier League : Liverpool renversé par Leicester Premier League : Liverpool renversé par Leicester

Antonio Conte retrouvera le banc après avoir été suspendu les deux derniers matches pour un coup de sang en janvier contre un arbitre. Décidé à éviter une nouvelle suspension, il a présenté ses excuses après son mauvais geste cette semaine à Turin à la mi-temps du match de coupe. Les échanges d'insultes avec le camp turinois, et notamment le président Andrea Agnelli, accompagnées d'un geste obscène de la part de Conte, font l'objet d'une enquête de la Fédération italienne.

-

AFP