Edison Cavani
Edinson Cavani, successeur de Maradona dans le coeur des Napolitains | AFP - CARLO HERMANN

Naples veut réécrire l'histoire contre la Juve

Publié le , modifié le

Symbole de l'Italie du Sud plus pauvre et populaire, le Napoli se rend à Turin défier la Juventus, l'un des symboles de la richesse de l'Italie du Nord. Ce choc de la 8e journée du Calcio entre les deux dernières équipes invincibles et co-leaders rappelle celui de la saison 1986-1987, à l'issue de laquelle les Napolitains de Maradona s'étaient imposés (3-1) avant de décrocher le 1er titre de champion du club au terme de la saison. Les temps ont-ils changé ?

A Naples, il n'y a plus Maradona. Mais Edison Cavani vient également d'Amérique du Sud, et l'Uruguayen est également devenu l'idole napolitaine. Vingt-six ans après l'Argentin, est-il en capacité de remettre l'équipe au sommet du Calcio ? Si le championnat ne sera pas encore joué à l'issue du week-end, c'est sans nul doute un premier virage qui sera pris, après le match opposant la Juventus à Napoli.

Avant cette 8e journée, les deux équipes sont à égalité, avec 19 points, en tête de la Série A, et sans le moindre revers concédé et un seul match nul au compteur. Samedi soir, ce rythme endiablé sera forcément ralenti au moins pour l'un d'eux, si ce n'est les deux en cas de neutralisation. Cette affiche, toute l'Italie en parle depuis plusieurs jours, éclipsant même les matches internationaux de la Squadra. 

La guerre Nord-Sud sur le terrain

Naples, c'est la dernière formation transalpine à avoir fait tomber les Turinois, lors de la finale de la Coupe d'Italie en mai 2011. Depuis 45 matches, la Vieille Dame demeure invaincue en Série A. Les hommes de Walter Mazzarri auraient-ils la solution au verrou du champion en titre ? Les plus grands supporteurs le croient, et en appellent aux souvenirs des anciens. Lors de la saison 1986-1987, la Juve et le Napoli s'affrontaient dans des circonstances similaires, et après avoir été menés (1-0), les coéquipiers de Maradona l'avaient emporté (3-1), faisant fi des pronostics, et plaçant une pierre de plus vers le premier titre de champion de l'histoire du club.

Dans ce match, Cavani va se frotter à ce qui se fait de mieux défensivement dans la "Botte", à savoir la défense de la Squadra Andrea Barzagli-Leonardo Bonucci-Giorgio Chiellini, et à un maitre tacticien habitué des chocs remplis d'électricité, Andrea Pirlo. De l'électricité, le Juventus Stadium en aura à revendre dans les tribunes, entres les chansons hostiles des tifosi de Turin insultant les "pauvres" du Mezzogiorno" (le Midi) et les insultes des Napolitains traitant les Turinois d'esclaves de la Fiat, propriétaire de la Vieille Dame.