Naples Ivan Lavezzi frappe 11 2012
Ivan Lavezzi | AFP - Andreas Solaro

Naples rate encore le coche

Publié le , modifié le

Naples a de nouveau raté l'occasion de revenir sur l'AC Milan à l'occasion de la 20e journée de Serie A. Les Napolitains ont dû se contenter d'un nul (0-0) sur le terrain de la Fiorentina, ce qui pourrait permettre à Milan de compter jusqu'à six points d'avance en cas de succès sur Lecce, ce dimanche. L'Inter Milan ne s'est pas fait prier pour corriger Bologne 4-1, revenant provisoirement à huit longueurs du leader et néanmoins grand rival...

Un déplacement sur le terrain de la Fiorentina n'est jamais aisé, et le point du match nul aurait satisfait bien des équipes. Mais Naples est loin de faire de la figuration cette saison, et ce quatrième match nul risque de coûter cher dans la course au titre, et même peut-être aux places européennes. Car derrière, les concurrents se pressent au portillon, avec en première position la Lazio, à seulement trois longueurs de là. En attendant le match de la Lazio, et accessoirement de l'AC Milan, l'Inter a d'ores et déjà répondu présent en infligeant un cinglant 4-1 à Bologne. Stankovic (20e), Diego Milito (30e), et Eto'o qui y est allé de son petit doublé (63e, 72e), ont donné le tournis aux joueurs de Bologne. Giménez aura eu le mérite de sauver l'honneur à un quart d'heure de la fin.

L'effet Leonardo a peut-être porté ses fruits pour l'Inter qui enregistre tout simplement une quatrième victoire en quatre affrontements sous les commandes du Brésilien. "C'est l'Inter qu'on connaît, qu'on voit jouer depuis longtemps, a-t-il indiqué au micro de Sky Sport. "Les joueurs sont  en forme, tous ensemble et tous là (sauf Wesley Sneijder), et ils se  connaissent depuis tant d'années..." Et pour "Leo", ce succès est important. "Bologne  est une équipe en quête de salut, c'est une victoire qui compte. Déjà, nous avions su souffrir pour remonter à Catane (2-1 après avoir été mené)". Le tacticien brésilien reconnaît toutefois que son équipe ne fait pas preuve d'une grande solidité défensive. "Nous avons pris  cinq buts, sur coups de pieds arrêtés, pas sur action de jeu, mais ça fait  trop", a expliqué Leonardo qui ne fait toutefois "pas de calculs" pour le titre.

Romain Bonte