Inter Milan - Juventus
Le défenseur interiste Ranocchia au duel aérien face à Giorgio Chiellini | AFP - OLIVIER MORIN

L'Inter a tout tenté contre la Juventus

Publié le , modifié le

L'Inter et la Juventus se sont neutralisées (1-1) dans une affiche de la 3e journée pleine d'enseignements: si les doubles champions d'Italie en titre restent les plus forts, les "Nerazzurri" sont coriaces.

L'Inter a le niveau. L'équipe de Walter Mazzarri, en pleine reconstruction,  a soutenu la comparaison avec celle d'Antonio Conte, qui règne depuis deux ans  sur la Serie A. Tout s'est joué en deux minutes, puisque Arturo Vidal (75) a répondu très  vite à l'ouverture du score de Mauro Icardi (73). Le match nul fait l'affaire de Naples, qui prendra la tête du championnat  s'il bat l'Atalanta Bergame samedi soir (18h45 GMT). A la même heure, le Torino reçoit l'AC Milan dans une journée où les clubs  de Milan et Turin croisaient le fer. Placé un peu tôt dans la saison, ce "Derby d'Italie" a tout de même offert  un beau contraste entre deux façons d'aborder le 3-5-2.

L'Inter de Mazzarri  agresse au pressing et cherche à repartir en contres éclairs, la Juve de Conte,  pour la 100e fois sur le banc "Bianconero" samedi, quadrille parfaitement le  terrain et recherche le contrôle du jeu. Le harcèlement du porteur de ballon a posé des problèmes à la Juve, et les  deux lignes très compactes de l'Inter repliée la gênait pour développer ses  actions préférées: les lancements en profondeur pour les insertions des milieux. La première fois que la porte s'est ouverte, sur un bijou d'Andrea Pirlo  pour Paul Pogba, le Français, servi juste devant Samir Handanovic, a ripé sa  reprise de volée et n'a pas pu tromper le gardien slovène (32).

Icardi, le joli coup de Mazzarri

Les deux équipes se sont créées chacune leur lot d'occasions, un tir à  angle fermé de Fredy Guarin (43) ou un contre "à la Mazzarri" de la Juve où  Vidal n'a pas pu trouver une bonne position de tir (58). Puis à un quart d'heure de la fin deux minutes de folie ont failli faire  basculer la partie. Profitant d'un ballon perdu par Giorgio Chiellini, Ricky  Alvarez, ressuscité par Mazzarri, a parfaitement lancé Icardi pour l'ouverture  du score. Ce but était un joli coup de l'ex-entraîneur de Naples, il venait  tout juste de faire entre Icardi (20 ans), un des symboles du rajeunissement de  l'Inter. Mais la Juve a réagi tout de suite, sur un débordement de Kwadwo Asamoah  servant Vidal. Au milieu de quatre intéristes, le Chilien s'est décalé d'un coup de rein pour trouver la bonne position de tir et égaliser.

Vidal, patron  du milieu avec Pogba, en est déjà à trois buts cette saison. La Juve a failli réussir le coup parfait sur une tête de Carlos Tevez  repoussée tant bien que mal par Samir Handanovic mais pas exploitée par  Mauricio Isla (88). C'est la première fois en quatre matches que la recrue  argentine de marquait pas. Le match nul est juste, la Juve avait plus de talent, et l'Inter plus de  fraîcheur physique. La "Vieille Dame" doit en garder sous le pied pour la Ligue  des champions, qui commence mardi à Copenhague pour elle, alors que l'Inter n'a  pas d'engagement européen cette saison.

AFP