suning inter milan
Suning, groupe de distribution de produits électroniques et d'électroménager, nouveau propriétaire de l'Inter Milan. | Chen jialiang / Imaginechina

L'Inter Milan racheté par un groupe industriel chinois

Publié le , modifié le

Le groupe chinois Suning, spécialisé dans la distribution de produits électroniques et d'électroménager, a racheté environ 70% du club italien de l'Inter Milan. Une transaction estimée à 270 millions d'euros.

Le géant chinois de la distribution de produits électroniques et d'électroménager Suning a racheté près de 70% des parts du prestigieux club italien de l'Inter Milan, en s'engageant à ce que
celui-ci "retrouve sa splendeur", a annoncé lundi l'entreprise. Suning va verser 270 millions d'euros pour la transaction, la dernière d'une série d'investissements spectaculaires d'entreprises chinoises dans le football européen, encouragées par le président chinois Xi Jinping, fan déclaré du ballon rond.

Fini de Thorir

L'homme d'affaires indonésien Erick Thorir, qui avait acheté 70% des parts du club 18 fois champion d'Italie il y a trois ans, va voir sa participation tomber à "environ 30%", selon une annonce de Suning.
Suning "deviendra un soutien inébranlable pour que l'Inter Milan retrouve sa splendeur", a déclaré le président du groupe chinois, Zhang Jindong, sur le compte officiel de microblog Suning Sport. Le groupe chinois "fournira des fonds à l'Inter de Milan pour l'achat de nouveaux talents", a indiqué aussi l'entreprise.

L'achat du club est "l'une des stratégies de Suning dans le sport pour asseoir une position de leader" dans le bien-être et la santé, ajouten l'entreprise sur son blog. Le groupe chinois possède déjà l'équipe du Jiangsu Suning (D1 chinoise), qui a battu à deux reprises le record pour un transfert en Asie lors du dernier mercato hivernal. Le club chinois avait notamment recruté les Brésiliens Ramires (ex-Chelsea)  et Alex Teixeira (ex-Shakhtar Donetsk), pour 28 et 50 millions d'euros respectivement.

La Chine de plus en plus présente

Avant Suning, de richissimes entreprises chinoises ont déjà investi des sommes folles dans le football, en Chine comme à l'étranger, donnant corps au rêve de Xi Jinping que le pays organise, puis un jour remporte, une Coupe du monde. Le groupe Wanda, propriété du milliardaire Wang Jianlin, possède de son côté 20% de l'Atletico Madrid depuis 2015 et, depuis peu, est l'un des
principaux sponsors de la Fifa. En mai, le club de football anglais Aston Villa avait été racheté par le conglomérat chinois Recon, une transaction estimée à plus de 75 millions
d'euros par les médias locaux.Un consortium de fonds d'investissement étatiques menés par China Media Capital avait également acquis en décembre 13% des parts de Manchester City.

L'autre grand club milanais, l'AC Milan, pourrait lui aussi être très prochainement racheté par des investisseurs chinois après 30 ans sous la direction de Silvio Berlusconi.

AFP