Juventus Inter 03112012
Marchisio face à Palacio (à droite) | AFP-Cacace

L'Inter crée la sensation face à la Juve

Publié le , modifié le

L'Inter Milan a battu la Juventus Turin 3-1, mettant fin à une incroyable série de 49 matches d'affilée sans défaite de la Vieille Dame. L'Inter se retrouve à un petit point de la Juve, qui reste néanmoins leader. L'autre club de Milan était également à la fête ce samedi, l'AC Milan corrigeant le Chiévo Vérone 5-1, pour remonter à la septième place du classement.

L'Inter Milan est revenu à un point en s'imposant sur le terrain la Juventus Turin (3-1), qui n'est plus invincible, et a complètement relancé le championnat d'Italie, samedi lors du match au sommet de la 11e journée. Avec un doublé de Diego Milito (59 s.p., 75) et un but de Rodrigo Palacio (90), l'Inter a été plus forte, plus forte que la "Vieille Dame", dont la série d'invincibilité s'arrête à 49 matches de championnat, et plus forte que les éléments, le médiocre arbitrage ayant gâché le début de la grande fête du "derby d'Italie". En signant sa dixième victoire d'affilée toutes compétitions confondues, l'Inter qui partait pour une saison de transition, après avoir raté le train de la Ligue des champions l'an dernier, est bel et bien un candidat au "scudetto". Mais avec une erreur d'arbitrage au bout de 17 secondes de jeu, le match était mal engagé... Sur l'ouverture du score d'Arturo Vidal (1), le Ghanéen Kwadwo Asamoah, auteur du centre décisif pour le Chilien, était hors-jeu! L'arbitre, Paolo Tagliavento, aurait pu en entendre parler pendant longtemps. Il s'était déjà retrouvé au coeur de la polémique la saison dernière pour un but non validé en faveur de l'AC Milan lors du choc entre les deux premiers... face à la Juve. Un peu plus tard, Tagliavento a absous Stéphane Lichtsteiner, qui aurait pu être exclu pour un tacle très dur sur Rodrigo Palacio (34). Quatre minutes plus tôt, le Suisse avait été averti pour un coup d'épaule un peu sec sur Esteban Cambiasso.

Angelo Alessio, l'entraîneur adjoint de la Juve, a d'ailleurs remplacé Lichtsteiner, dominé par Palacio, par José Caceres (38). Mais l'Inter ne s'est jamais désuni et a gardé le contrôle du ballon, que la Juve lui a laissé quand elle menait au score. L'égalisation est arrivée sur un penalty de Diego Milito, légèrement retenu dans la surface par Claudio Marchisio et qui a lui-même transformé la sanction. Puis les "Nerazzurri" ont définitivement mis leur griffe sur le match quand l'Argentin a doublé la mise, reprenant dans le but une frappe puissante de Freddy Guarin repoussée par Gianluigi Buffon dans ses pieds. La Juve aurait pu tuer le match sans un miracle de Samir Handanovic sur une frappe à bout portant de Claudio Marchisio (8) ni sans la maladresse de Sebastian Giovinco, encore titularisé mais qui n'a fait presque que des mauvais choix samedi. Ses erreurs étaient accompagnées de "Rhoooo!" de désolation d'un Juventus Stadium plein à craquer. Le duel a basculé sur les points attendus: la Juve n'a pas ce buteur implacable qui concrétiserait sa maîtrise collective, la "Fourmi atomique" Giovinco en est le symbole, et comme elle a laissé le jeu à l'Inter, elle ne s'est pas appuyé sur son point fort, le milieu de terrain. Le jeune entraîneur Andrea Stramaccioni a lui ces "tueurs", Palacio a clos le match sur un superbe travail de Yuto Nagatomo. L'éternel duel italien a tenu ses promesses, et va se prolonger une saison de plus.

AFP