Inter Milan Cambiasso crie 01 2011
L'Argentin de l'Inter Esteban Cambiasso | AFP - Marcello Paternostro

Les Milan jouent aux fous

Publié le , modifié le

Pour le 2e match de l'ère Leonardo, l'Inter est allé arracher la victoire sur un doublé en 5 minutes de Cambiasso à Catane (2-1). L'AC Milan, a arraché le nul (4-4) contre l'Udinese en marquant 3 buts dans le dernier quart-d'heure. Ce nul n'est pas un handicap pour les Lombards, la Lazio ayant été battu à domicile par Lecce (2-1) et la Roma à la Sampdoria (2-1). Enfin, Naples a corrigé la Juventus 3-0 et se repositionne en deuxième position, à 4 points de Milan.

Ils sont devenus fous. Les supporteurs milanais ont connu une 19e journée bien particulière, et surtout à déconseiller aux cardiaques. Face à l'Udinese, qui aspire à décrocher une place en Coupe d'Europe, les joueurs de l'AC Milan ont longtemps cru arrivée l'heure de leur 4e revers de la saison, encore menés (3-1) à dix minutes du terme de la rencontre . Tout comme l'Inter Milan, mené à Catane à 19 minutes du terme du match. Mais dans chaque camp, la réaction a été terrible. A San Siro, les Lombards sont parvenus à trouver des ressources pour remonter le retard réalisé notamment par un doublé de Di Natale (35e, 66e), plus que jamais meilleur buteur du Calcio. C'est d'abord un but contre son camp de Benatia (78e) qui redonnait un petit espoir, renforcé par le deuxième but du Brésilien Pato (82e). Mais tout était à refaire après une réalisation de Denis (89e), avant qu'Ibrahimovic joue une nouvelle fois à Zorro en trouvant le chemin des filets dans le temps additionnel (93e). A signaler la prestation d'Antonio Cassano, l'enfant terrible du foot italien, auteur de 2 passes décisives sur les deux derniers buts.

Pour l'Inter, le renouveau est passé par l'Argentin Esteban Cambiasso. Le but de Gomez (71e) avait placé la nouvelle formation de Leonardo sur le chemin de la défaite, mais l'ancien opposant à Rafael Benitez, homme de base des succès de Mourinho, a prouvé à son nouveau technicien qu'il avait encore toutes les cartes en main pour ramener l'équipe sur le devant de la scène. Un doublé en cinq minutes (74e, 79e), et voilà le champion d'Italie en titre qui grignote quelques points à son voisin leader, encore bien loin devant avec 11 points de plus. "On a une nouvelle fois fait preuve de caractère avec l'engagement de tous, même si on n'a pas si bien joué. Remonter  comme ça a vraiment été fantastique", se félicitait Leonardo. "Ils ont eu peu d'occasions en première mi-temps, mais nous avons eu du mal  à construire, c'était très difficile de trouver des solutions. En seconde  période ça a changé, on a trouvé plus d'espaces", ajoutait le Brésilien qui ajoutait :  "Cet état d'esprit sera fondamental pour avancer. On  a toujours cru qu'on ferait partie du groupe qui lutte pour le titre, mais ces  deux matches (avec la victoire 3-1 sur Naples, jeudi) nous donnent plus de  confiance. Le marathon sera long, nous avons deux matches en retard (à cause du  Mondial des clubs), il nous faut marquer 6 points, aujourd'hui le classement  est difficile à lire. Nous devons avancer petit à petit sur notre chemin, match  après match, comme aujourd'hui."

Mais le match nul de l'AC Milan n'a pas été profitable à ses poursuivants. La Lazio elle a bien mal fêté ses 111 ans, dimanche. Elle perdu chez elle contre l'avant-dernier. Lecce a ouvert la marque sur un but chanceux: la frappe de Jeda a rebondi sur le poteau, puis sur le dos de Muslera (39e)... Mais le dauphin du Milan , qui avait égalisé par son capitaine Stefano Mauri (47e), a craqué face à l'Uruguayen Carlos Grossmuller (72e). L'AS Rome a manqué une occasion de monter sur le podium en s'inclinant chez la Sampdoria où elle menait. Le défenseur central brésilien Juan a plombé son équipe en étant fautif sur les deux buts génois, de Nicola Pozzi (58e s.p.). et Stefano Guberti (84e). "Dommage, nous avions fait un grand match, a regretté l'entraîneur romain, Claudio Ranieri. Puis il y a eu les erreurs de Juan, deux erreurs d'un grand champion... Ca peut arriver dans une carrière comme la sienne. Ne nous laissons pas abattre et retroussons-nous les manches."

Dans le dernier match de cette 19e journée, Cavani a fait parler la poudre en réalisant un superbe triplé (20e, 26e, 53e) face à la Vieille Dame. Ce large succès permet à Naples de s'octroyer la place de dauphin, à seulement quatre points de Milan. Naples profite ainsi de la défaite de la Lazio pour gagner une place. En revanche, cette défaite, la quatrième seulement de la Juventus, arrive au mauvais moment. La Vieille Dame se retrouve en sixième position, à désormais neuf longueurs du leader milanais.