L'entraîneur de Naples tacle son président

L'entraîneur de Naples tacle son président

Publié le , modifié le

"Je ne suis d'accord avec rien de ce qu'il a dit". L'entraîneur de Naples Maurizio Sarri, toujours aussi entier, n'a pas hésiter jeudi a tacler son président Aurelio De Laurentiis, qui s'était montré très critique envers ses choix tactiques après la défaite 3-1 contre le Real Madrid en Ligue des champions. Sarri a ainsi fait savoir qu'il n'acceptait pas l'immixtion du président dans la gestion sportive de l'équipe.

Laurentiis s'était interrogé publiquement sur les décisions de son coach, comme le remplacement poste pour poste du milieu Marek Hamsik par l'attaquant Arkadiusz Milik dans les dernières minutes du match. "On ne peut pas attendre grand chose de quelqu'un qui ne joue pas à son poste: s'il n'y avait pas eu l'incident Milik, les choses auraient tourné différemment", a grogné le président. Et ce dernier d'ajouter que "le seul joueur qui a montré le courage napolitain est Lorenzo Insigne, qui est de Naples". Et de préciser: "Les autres n'ont simplement pas existé. C'est comme s'ils avaient disparu".

"On a affronté un excellent adversaire, la meilleure équipe du monde, je suis désolé qu'on ait des erreurs....Sur le plan mental, c'est le premier match qu'on perd depuis quatre mois, mais nous n'avons pas pu nous exprimer à 100% et cela ne doit pas nous décourager.. Mais pour moi, chacun a donné le meilleur de lui-même", a répliqué le coach, insistant sur la répartition des rôles: "A Castel Volturno (centre d'entraînement de Naples), je suis le seul qui décide". 

Christian Grégoire