Pirlo
Les Turinois peuvent remercier Pirlo | MARCO BERTORELLO / AFP

La Roma vient à bout de l'Inter

Publié le , modifié le

Un but à la dernière seconde d'Andrea Pirlo a sauvé la Juventus Turin contre le Torino (2-1), mais l'AS Rome a battu l'Inter Milan (4-2) pour rester deuxième, à trois points de la Juventus, dimanche pour la 13e journée du Championnat d'Italie.

L'AS Rome a cru jouer contre l'Inter pour revenir à un seul point de la Juve. C'était sans compter sur Pirlo, 35 ans, qui a dessiné une trajectoire parfaite pour gagner le "derby de la Mole". Un dernier ballon perdu bêtement par Marco Benassi, qui va en entendre parler pendant longtemps, a fini dans les pieds du divin barbu, qui, de 25 m, n'a laissé aucune chance à Jean-François Gillet (90+3). Le "Toro" venait de gâcher deux balles de 2-1, à onze contre dix, après l'exclusion de Stephan Lichtsteiner (second avertissement, 78e), et peut s'en mordre les doigts. 

La Juve s'est montrée moins maîtresse du terrain que lors de ses dernières sorties, où elle a aligné une série impressionnante de cinq victoires, toute compétitions confondues, avec 18 buts marqués. Mais elle a étalé son sens de la compétition : en Ligue des champions déjà, elle avait battu l'Olympiakos (3-2) après avoir été secouée début novembre. La Juve a ouvert le score sur un penalty d'Arturo Vidal, puis le Torino, qui n'avait même plus marqué dans le derby depuis douze ans, a égalisé d'une magnifique frappe poteau entrant de Bruno Péres après une longue chevauchée. Mais la fin du match et Pirlo sont cruels.

Garcia s'offre Mancini

Faute de pouvoir revenir à un point de la Juve, la Roma jouait pour ne pas se laisser distancer, et elle est venue à bout de l'Inter au terme d'une superbe course-poursuite, les "Nerazzurri" ayant égalisé deux fois. Rudi Garcia a vaincu Roberto Mancini, battu pour la première fois en trois matches depuis son retour sur le banc de l'Inter Milan, et même exclu pour contestation après le troisième but romain. Gervinho a ouvert le score, mais Andrea Ranocchia a égalisé une première fois, de la tête sur corner. Le Grec Jose Holebas a étalé ses qualités de dribbleur pour marquer dans un angle fermé juste après la mi-temps, mais Pablo Osvaldo, hué tout le match par son ancien public romain, a égalisé une seconde fois.

Le dernier mot est revenu à Miralem Pjanic, auteur des deux derniers buts, l'un au bout d'une action arrachée par Gervinho et Francesco Totti, l'autre sur un coup franc direct. La Roma reste intraitable au stade Olympique en Serie A : que des victoires.

Retour sur la 13e journée du championnat d'Italie