Parme
Les joueurs de Parme lors de la réception de l'Inter Milan | DPPI - MASSIMO CEBRELLI

La Ligue va prêter 5 millions d'euros à Parme

Publié le , modifié le

La Ligue professionnelle de football italien (Lega) a voté vendredi en faveur d'un prêt de 5 millions d'euros au club de Parme, au bord de la faillite, afin qu'il puisse terminer le Championnat. Parme peut donc recevoir l'Atalanta Bergame dimanche, pour la 26e journée, après avoir vu ses deux précédents matchs de Serie A contre l'Udinese et le Genoa, incapable d'en assumer le coût de l'organisation.

La Lega a précisé que les joueurs devaient jouer d'ici au 19 mars, date de la délibération du tribunal de Parme sur la faillite du club, pour que se déclenche le prêt. L'argent sera prélevé sur les diverses amendes  disciplinaires versées à la Lega. Le président de la Fédération italienne (FIGC), Carlo Tavecchio, devait se rendre vendredi après-midi de Milan, où se tenait l'assemblée générale de la  Lega, à Parme pour rencontrer les joueurs et leur expliquer le plan. Seize des 20 clubs de Serie A ont voté en faveur du plan, trois se sont  abstenus, l'AS Rome, Naples et Sassuolo, et Cesena a voté contre. L'endettement de Parme se monte à 200 millions d'euros, 50 millions d'euros sans tenir compte des crédits, a expliqué à l'AFP le maire de Parme, Federico Pizzarotti.

Les joueurs, entraîneurs et employés n'ont pas été payés depuis sept mois et certains biens ont été saisis, par exemple les bancs du stade Tardini. L'ex-président du club, Tommaso Ghirardi, fait l'objet d'une enquête pour "banqueroute frauduleuse" et la brigade financière a saisi des documents au siège du club et de la Lega vendredi. Parme, qui a célébré la saison dernière son centenaire, avait déjà connu il  y a dix ans le crash financier du géant laitier Parmalat, alors propriétaire du club, scandale qui avait envoyé en prison son président-mécène, Calisto Tanzi. Parme est dernier du Championnat d'Italie avec 9 points en moin que Cesena, l'avant-dernier, et deux matches en plus à disputer. 

AFP