La Lazio se colle à l'Inter, la Juve respire

Publié le , modifié le

Un petit but de Zarate a offert la victoire à la Lazio Rome (1-0) sur le terrain du Chievo Vérone. Un succès qui permet aux Romains de passer juste devant le Chievo, ainsi que de Brescia vaincu à Bari (2-1), et de prendre la position de co-leader en compagnie de l'Inter. Naples est devenu la meilleure attaque d'Italie en allant laminer Cesena (4-1). La Juventus s'est donné de l'air en battant Cagliari (4-2).

En ce début de championnat, l'Inter Milan de Rafael Benitez sait que le moindre faux-pas est pénalisant. En voyant sa suprématie sur la Roma s'interrompre samedi soir dans la capitale italienne, l'équipe lombarde a vu revenir à sa hauteur la Lazio Rome. Mais le tenant du titre possède encore un bel avantage sur ses rivaux, car lorsque ceux-ci ont l'occasion de leur subtiliser cette place de leader, ils n'y parviennent pas. Lors de cette 5e journée, le Chievo Vérone et Cesena pouvaient devenir de surprenants premiers, mais ils ont tous deux été remis sur terre. Ne faisant pas vraiment partie des grands favoris dans la course au titre, l'équipe d'Edoardo Reja avait le statut de poil à gratter, que les Romains ont confirmé dimanche. Le voyage au Chievo Vérone, deuxième avant ce week-end, était l'occasion idéale de frapper un grand coup et de se remettre dans la bonne dynamique. L'ouverture du score de Zarate à la 69e minute a fait basculer la rencontre. Un court succès (1-0), suffisant pour placer la Lazio à la même hauteur que les Interistes, avec un goal-average légèrement inférieur.

Ce deuxième jour de la 5e journée a également permis aux Napolitains d'asséner une petite leçon de fin de match à Cesena. Quatre buts inscrits dans les vingt dernières minutes, dont un doublé de Cavani (qui rejoint Eto'o en tête du classement des buteurs), et voilà Naples qui prend la tête des meilleures attaques, devant l'armada offensive de l'Inter.Dans l'ultime rencontre du week-end, la pression était colossale sur les épaules des Turinois. Encore bien mal partis cette année, les joueurs de la Vieille Dame étaient déjà dans l'obligation de s'imposer lors de la venue de Cagliari, qui n'avait pas connu la défaite jusque-là. Dès la 13e minute, sur un corner mal dégagé par la défense, Krasic ouvrait le score d'une reprise du gauche. Mais Matri égalisait rapidement (20e), ne laissant pas le temps aux supporteurs de la Vieille dame de prendre confiance. Mais sur un ballon que ne parvenait pas à dégager la défense visiteuse, Krasic était de nouveau là pour reprendre le ballon au deuxième poteau (34e). Et sur un énorme cafouillage suite à un corner, le ballon finissait dans le but de Cagliari, poussé par Bonucci (57e). Et encore une fois sur un corner mal dégagé, Krasic, toujours à l'entrée de la surface de réparation, contrôlait, dribblait et finissait, avec l'aide d'une déviation involontaire d'un défenseur, par inscrire son troisième but personnel, le quatrième de son équipe (70e). Cette 4e réalisation était d'autant plus importante que les Turinois encaissaient un nouveau but, encore une fois l'oeuvre de Matri (81e) pour s'offrir une fin de match pas totalement sereine. Avec Del Piero sur le banc jusqu'à la 80e minute, Turin s'empare de trois points très importants et inflige son premier revers à Cagliari. Mais tout n'est pas rose pour autant.