Paulo Dybala
Paulo Dybala a débloqué la situation. | MARCO BERTORELLO / AFP

La Juventus grignote, la Roma patauge

Publié le , modifié le

La Juventus Turin continue à se rapprocher de la tête du championnat d'Italie après son succès 1-0 face à l'AC Milan lors de la 13e journée samedi, alors que l'AS Rome a été tenue en échec sur une pelouse trempée à Bologne (2-2).

La Juventus revient doucement

Le choc de cette 13e journée a tourné en faveur de la Juventus Turin, un peu supérieure sur son terrain à l'AC Milan (1-0). Après les attentats de Paris, les mesures de sécurité avaient été renforcées à Turin, d'autant qu'un concert de Madonna était également prévu ce samedi soir dans la ville. Le match a aussi été précédé comme prévu par un hommage aux victimes du 13 novembre. La Marseillaise a été jouée et applaudie et le drapeau français déployé au milieu de terrain. C'est le jeune et talentueux attaquant argentin Paulo Dybala qui a débloqué la situation à la 65e minute avec un très joli but, inscrit d'une demi-volée du gauche. Pour le reste, le match a été assez fermé et le duel de gardiens entre le grand Buffon (37 ans) et le très jeune Donnarumma (16 ans) a tourné court. Buffon n'a presque rien eu à faire jusqu'au temps additionnel, alors que le Milanais a confirmé sur quelques arrêts qu'il avait probablement de l'avenir. Mine de rien, la Juventus commence à rattraper un peu son retard. Sixième, elle est revenue à six points des trois leaders: l'AS Rome, la Fiorentina et l'Inter Milan. Les deux derniers ont tout de même un match à jouer dimanche.

Nul sous le déluge pour la Roma

"Un match de water-polo avec les pieds". L'entraîneur français de l'AS Rome Rudi Garcia était furieux après le match nul de son équipe à Bologne (2-2), disputé sous des trombes d'eau. "C'était un match à qui balancerait le mieux le ballon devant. C'était une loterie, qui s'est conclue sur un match nul. On ne peut pas jouer sur un terrain pareil. C'était un match de water-polo avec les pieds. Le seul point positif, c'est qu'il n'y a pas eu de blessé", a-t-il ajouté. Difficile de donner tort à Garcia, le pelouse du stade Dall'Ara de Bologne étant par endroits totalement détrempée. Le match a donc été extrêmement haché et confus et s'est décidé sur une affaire de penalties après que Bologne a ouvert la marque à la 14e minute par Masina après un cafouillage sur corner. Mais après la pause, l'équipe de Rudi Garcia a été meilleure et a égalisé puis pris les devants sur deux penalties, transformés par Pjanic (52e) puis Dzeko (72e). La Roma, qui jouera un match important mardi à Barcelone en Ligue des Champions, était alors en situation de prendre seule la tête du championnat, mais un nouveau penalty, provoqué par Torosidis et transformé par l'ancien Romain Destro (87e) a permis à Bologne de revenir à hauteur.

Les leaders jouent dimanche

Dimanche, le leader, la Fiorentina, jouera à domicile contre Empoli (13e) pour un derby toscan, les deux villes étant séparées par une trentaine de kilomètres à peine. L'équipe de Paulo Sousa, seulement privée de Blaszczykowski, partira nettement favorite. Les autres équipes du haut de tableau auront des matches à leur portée. L'Inter recevra ainsi Frosinone, promu et relégable (18e). Spécialistes des victoires 1-0, les nerazzurri de Roberto Mancini pourraient en profiter pour améliorer leurs statistiques offensives. Quant à l'équipe de Naples (4e), elle sera en déplacement sur le terrain d'un autre relégable, le Hellas Vérone (19e). A Rome, où comme à Turin des mesures de sécurité renforcées ont été mises en oeuvre, la Lazio, en nette perte de vitesse (9e), devra pour sa part se reprendre contre Palerme.