Arturo Vidal, le Chilien de la Juventus
Arturo Vidal, le Chilien de la Juventus | GABRIEL BOUYS / AFP

La Juventus en maître d'oeuvre

Publié le , modifié le

La Juventus Turin a pris seule la tête de la Serie A en dominant la Roma 4-1, samedi en ouverture de la 6e journée de Serie A. Invaincus depuis 45 matches de championnat, les Bianconeri ont étrillé leurs adversaires en moins de vingt minutes. De son côté, Milan se contente d'un nul à Parme (1-1).

Il n'aura même pas fallu vingt minutes à la Juventus pour asseoir sa suprématie et renvoyer Zdenek Zeman à la leçon de beau jeu qu'il comptait infliger à la Vieille Dame. Les joueurs de l'AS Roma ont été cueillis à froid par le champion d'Italie. En dedans depuis le début de la saison, Andrea Pirlo s'est rappelé au souvenir de ses détracteurs en ouvrant la marque dès la 11e minute sur un splendide coup franc.

Les Turinois n'ont pas traîné à appuyer là où ça fait mal, c'est-à-dire sur la défense romaine qui a été inexistante durant le premier quart d'heure. "Nous n'avons ni attaqué ni défendu, a reconnu Zeman au micro de Sky Sport Italia. Ce match a été très mauvais, et prendre 3 buts en 7 minutes nous a démoralisés." Car sur la lancée de Pirlo, la Juve a pu compter sur un coup de pouce du destin (une main de Castan dans la surface) et un penalty transformé par Vidal (16e). Buteur, le Chilien s'est mué, quelques minutes plus tard, en passeur décisif pour Matri, servi dans le dos d'une défense amorphe.

Milan n'y arrive pas

Un début de match cauchemardesque et une ambiance délétère au Juventus Stadium pour Zeman accueilli par les sifflets des supporter après ses déclarations sur les pratiques courantes du dopage à Turin dans les années 1990, puis sur le Calciopoli de 2006. "Nous ne sommes jamais entrés dans le match, la Juve nous a été nettement supérieure, reconnait-il. Le problème, c'est de trouver le fil du jeu." Le Tchèque avait promis du beau jeu aux Turinois, il aura été servi. Sa seule satisfaction est venue en seconde période de la réduction du score d'Osvaldo sur penalty (69e), après une faute de Bonucci. Une joie de courte durée car, dans les arrêts de jeu, la défense romaine faisait encore des siennes et Giovinco y allait de son petit but (4-1, 90e)

Invaincue depuis 45 matches de championnat, la Juve poursuit sa cadence infernale (5 victoires, 1 nul) et compte provisoirement trois points d'avance en tête de la Serie A sur Naples, en visite à la Sampdoria de Gênes dimanche.

Du côté de Milan, on ne rigole guère aussi. Les Rossoneri ont dû se contenter d'un petit point à Parme (1-1). El Shaarawy avait pourtant ouvert le score (0-1, 50e) pour inscrire son quatrième but de la saison. Mais Galloppa, sur coup franc, a remis les compteurs à zéro (1-1, 66e). Milan ne pointe qu'au 9e rang du classement, à déjà neuf points de la Juventus.