Paulo Dybala
Nouvelle coqueluche en Italie, Paulo Dybala apporte toute sa fougue et son bagage technique à une Juventus en plein renouveau. | Marco Bertorello - AFP

La Juventus continue sur sa lancée

Publié le , modifié le

La Juventus s'est imposée 4-0, dimanche, sur la pelouse d'Udinese, pour le compte de la 20e journée du championnat d'Italie. Un des artisans de cette 10 e victoire consécutive des Turinois est Paulo Dybala, auteur d'un doublé et d'une passe décisive pour Khedira. De son côté, l'AS Rome a été accrochée par le Hellas Vérone (1-1) malgré l'arrivée de Luciano Spalletti. Plus tôt dans l'après-midi, l'Inter n'avait réussi à obtenir qu'un match nul à Bergame (1-1).

La Juventus a fait honneur au nouveau stade du Frioul en  infligeant à son hôte, l'Udinese, un spectaculaire 4-0. C'est la 10e victoire consécutive pour les Turinois, chacun de ces dix  succès venant un peu plus confirmer le statut de favorite pour le titre de  l'équipe de Massimiliano Allegri. La "Vieille Dame" reste deuxième à deux points de Naples, mais son  expérience de la victoire - elle est quadruple tenante du titre - est  incomparable. Le choc face à la Roma dimanche prochain sera en tous cas  intéressant.

Ce dimanche face à une Udinese dépassée et réduite à 10 avant la demi-heure,  la Juve a même pu se passer sans problème de ses Français Patrice Evra et Paul  Pogba. Sa victoire porte encore une fois la signature du formidable Paulo Dybala,  auteur d'un doublé et d'une passe décisive pour Khedira. Le jeune Argentin (22  ans) en est à 11 buts et sept passes décisives en championnat, alors qu'il n'a  pas énormément joué en tout début de saison.

L'AS Rome toujours convalescente

De son côté, l'AS Rome n'a pas beaucoup changé, en dépit de l'arrivée de Luciano Spalletti en remplacement de Rudi Garcia. Toujours brouillonne, en mal de confiance et un peu suspecte au plan  athlétique, l'équipe romaine a été tenue en échec sur son terrain par le Hellas  Vérone, dernier du classement et qui n'a pas gagné un seul match en 20 journées. Comme souvent avec Garcia, la Roma avait pourtant ouvert le score, via  Nainggolan, joliment servi d'une talonnade par De Rossi (41e).  Mais comme c'était également trop fréquent avec le technicien français, la  Roma n'a pas su conserver cet avantage et Vérone a égalisé par Pazzini sur un  penalty concédé par Castan, dont le retour comme titulaire n'a pas été un  triomphe.

Pour le reste, Spalletti a troqué le 4-3-3 de Garcia pour un 4-2-3-1  glissant parfois en un 4-4-2 qui penchait dangereusement à droite, et Dzeko a  continué à manquer beaucoup d'occasions. Le retour de Spalletti n'a pas non plus suffi à ramener les tifosi de la  Roma au Stadio Olimpico et les supporters se sont surtout enthousiasmés pour  les buts de Bologne face à la Lazio (2-2) annoncés sur l'écran géant. Le résultat, c'est que la Roma (5e) n'avance plus. Avec trois matches nuls  d'affilée (cinq lors des six dernières journées), les Giallorossi sont  désormais à neuf points du leader, Naples.

AFP