Pirlo
Pirlo et la Juve vont-ils continuer à régner sur la Serie A? | MATTEO BOTTANELLI / NURPHOTO

La Juve a un statut à défendre, la Roma affronte sa rivale

Publié le , modifié le

Les deux princesses d'Italie donnent un grand bal: la Juventus reçoit le Torino (18h00) pour un derby de Turin qu'elle n'a plus perdu depuis 19 ans, et l'AS Rome, sa dauphine, a invité l'Inter Milan (20h45), dimanche pour la 13e journée.

Allègre Juve d'Allegri. L'équipe dessinée par Massimiliano Allegri est-elle plus forte que celle d'Antonio Conte? Le débat agite les passionnés de "calcio" depuis quelques semaines, et une victoire dans le "Derby de la Mole" renforcerait encore les partisans du système de l'entraîneur toscan. Depuis qu'il a réussi la transition du fameux 3-5-2 de Conte à son 4-4-2, la Juve a gagné tous ses matches en laissant une impression de force tranquille. Elle a par exemple écrabouillé Parme (7-0) et donné une leçon à la Lazio à Rome (3-0). Le système Allegri a notamment permis d'aligner ensemble les quatre joyaux du milieu de terrain "bianconero", Andrea Pirlo, Arturo Vidal, Claudio Marchisio et l'étoile montante Paul Pogba.

Sûre de sa force, la Juve attend de pied ferme un "Toro" qui n'a plus gagné ce match depuis 1995. Le président "bianconero" Andrea Agnelli a chambré en rappelant ces chiffres, ajoutant que les "Granata" n'avaient pas non plus marqué de but depuis quinze ans dans ce duel. Urbano Cairo, président du Torino, a répliqué en annonçant que les ex-Juventini Amauri et Fabio Quagliarella allaient marquer.

La "Louve" invite les Nerazzurri

La Roma retrouve une équipe qui l'a beaucoup fait souffrir ses dernières années, terminant championne devant elle en 2007, 2008 et 2010. Et justement l'entraîneur des "scudetti" 2007 et 2008, Roberto Mancini, est de retour sur le banc de l'Inter (José Mourinho dirigeait en 2010). ;Le coach romain, Rudi Garcia, doit re-compacter son équipe après la désillusion de Moscou, mardi, où un but encaissé à 15 secondes de la fin du match contre le CSKA (1-1) a compliqué sa tâche en Ligue des champions. Avant ce coup de massue, la Roma n'était qu'à un point des 8e de finale. Elle est maintenant quasiment obligée de battre Manchester City au dernier match, le 10 décembre (sinon seul un 0-0 qualifierait les "Giallorossi").

Pour ce match de gala au stade Olympique, Garcia devrait aligner un trio d'attaque Gervinho-Francesco Totti-Alessandro Florenzi, le jeune romain Florenzi retrouvant une place en attaque après avoir bien tenu le poste d'arrière droit à Moscou. Mancini devrait poursuivre la mue du serpent qui figure sur le blason de l'Inter, avec le jeune croate Mateo Kovacic en soutien des deux attaquants argentins, Rodrigo Palacio et Mauro Icardi.

Valse pour la troisième place

La journée se termine lundi par Sampdoria Gênes-Naples (20h00 GMT) troisième place en jeu loin derrière les princesses. Le Napoli n'a qu'un point d'avance sur la "Samp" et reste sur une petite déconvenue à domicile, un 3-3 contre Cagliari après avoir mené deux fois au score. Avec déjà six points de retard sur la Roma, et neuf sur la Juve, l'équipe de Rafael Benitez ne peut plus perdre de temps en chemin et compte sur le programme chargé des leaders lors de cette journée pour refaire un peu de son retard. Qualifié jeudi en Europa League, le Napoli mise sur la réveil définitif de Gonzalo Higuain, auteur de 7 buts lors de ses cinq derniers matches. La Samp parie sur la discipline collective forgée par Sinisa Mihajlovic et sur sa nouvelle star, le néo international Stefano Okaka.

francetv sport @francetvsport