Gennaro Gattuso
L'ancien joueur Gennaro Gattuso | AFP - SEBASTIEN FEVAL

Gattuso dans la tourmente

Publié le , modifié le

La police italienne a procédé à l'arrestation de quatre personnes mardi matin dans l'affaire des matches truqués "Calcioscommesse" et ouvert une enquête visant le champion du monde Gennaro Gattuso, a annoncé l'agence de presse italienne Ansa.

Les quatre interpellés, Salvatore Spadaro, Francesco Bazzani, Cosimo Rinci  et Fabio Quadri, auraient servi de lien entre le monde des paris clandestins et  les footballeurs, selon les enquêteurs cités par l'agence italienne Ansa et qui  ne précisent pas où les arrestations ont été effectuées. Spadaro serait lié au groupe dit "des Bolognais", en relation avec  l'ex-international "Beppe" Signori, arrêté en 2010 lors du premier coup de  filet du Calcioscommesse. Bazzani, dit "Civ", serait également lié à Signori mais aussi à Almir  Gegic, un des chefs d'un autre groupe organisateur de matches truqués, celui  dit "des gitans". Rinci, président du club de foot de Riccione, est lié à Spadaro, et Quadri  est considéré comme le factotum du même Spadaro. Gattuso, champion du monde 2006 avec l'Italie, est quant à lui soupçonné  d'"association de malfaiteurs à des fins de fraude sportive". Entraîneur de  Palerme (2e div. italienne) depuis l'été, il a été remercié après quelques matches. Brocchi dans le colimateur D'autres joueurs font également l'objet d'une enquête pour le même motif,  dont l'ex-joueur de la Lazio Cristian Brocchi. Plusieurs dizaines de policiers ont été déployés dans différentes villes  italiennes mardi matin pour cette opération menée par le parquet de Crémone,  qui avait révélé le scandale du Calcioscommesse en 2010.  Cette nouvelle opération "s'insère dans un contexte plus large de nouvelles  enquêtes", a expliqué le directeur du service central d'opérations de la  police, Raffaele Grassi. C'est la troisième intervention du Parquet de Crémone, dans le cadre des  opérations baptisées "Last bet 1" (dernier pari) et "Last bet 2" "qui ont déjà  permis d'arrêter 54 personnes et de placer plus de 120 personnes sous enquête",  a ajouté M. Grassi. Une conférence de presse du Parquet a été annoncée à 11h00 (10h00 GMT) à  Crémone.

Les quatre interpellés, Salvatore Spadaro, Francesco Bazzani, Cosimo Rinci  et Fabio Quadri, auraient servi de lien entre le monde des paris clandestins et  les footballeurs, selon les enquêteurs cités par l'agence italienne Ansa et qui  ne précisent pas où les arrestations ont été effectuées. Spadaro serait lié au groupe dit "des Bolognais", en relation avec  l'ex-international "Beppe" Signori, arrêté en 2010 lors du premier coup de  filet du Calcioscommesse.

Bazzani, dit "Civ", serait également lié à Signori mais aussi à Almir  Gegic, un des chefs d'un autre groupe organisateur de matches truqués, celui  dit "des gitans". Rinci, président du club de foot de Riccione, est lié à Spadaro, et Quadri  est considéré comme le factotum du même Spadaro. Gattuso, champion du monde 2006 avec l'Italie, est quant à lui soupçonné  d'"association de malfaiteurs à des fins de fraude sportive". Entraîneur de  Palerme (2e div. italienne) depuis l'été, il a été remercié après quelques matches. 

Brocchi dans le colimateur

D'autres joueurs font également l'objet d'une enquête pour le même motif,  dont l'ex-joueur de la Lazio Cristian Brocchi. Plusieurs dizaines de policiers ont été déployés dans différentes villes  italiennes mardi matin pour cette opération menée par le parquet de Crémone,  qui avait révélé le scandale du Calcioscommesse en 2010. 

Cette nouvelle opération "s'insère dans un contexte plus large de nouvelles  enquêtes", a expliqué le directeur du service central d'opérations de la  police, Raffaele Grassi. C'est la troisième intervention du Parquet de Crémone, dans le cadre des  opérations baptisées "Last bet 1" (dernier pari) et "Last bet 2" "qui ont déjà  permis d'arrêter 54 personnes et de placer plus de 120 personnes sous enquête",  a ajouté M. Grassi. Une conférence de presse du Parquet a été annoncée à 11h00 (10h00 GMT) à  Crémone.

AFP