Fiorentina-Inter, l’ombre ou la lumière

Fiorentina-Inter, l’ombre ou la lumière

Publié le , modifié le

Adversaires lors de la 24e journée de Serie A, la Fiorentina et l’Inter Milan courent après leur glorieux passé. Quatrième et finaliste de la Coupe d’Italie, la Viola est encore en course pour le podium, qualificatif pour la Ligue des champions. Privés d’Europe cette saison, les Nerazzurri sont eux en quête d’un retour sur la scène continentale.

La Fio et l'Inter sont à la croisée des chemins. Opposées sur la pelouse du stade Artemio Franchi, les deux formations ne doivent pas se manquer pour garder l'Europe dans le viseur. La grande pour la Viola, 4e à trois points du Napoli, détenteur du dernier accessit pour la Ligue des champions. La petite pour les Milanais, 5e égalité avec le Hellas Vérone, huit unités derrière son hôte du jour. Talonnés par le Torino, Parme et la Lazio, les Nerazzurri souhaitent faire fructifier leur première victoire de l'année 2014 face au promu Sassuolo. "Je veux de la continuité", affirme Walter Mazzarri, entraîneur du club désormais possédé par l'Indonésion Erick Tohir.

Mazzarri: "Les comptes se feront à la fin"

"Les comptes se feront à la fin, je le répète, prévient l'ancien technicien napolitain. Car nous vivons tous des périodes difficile sur une année." Avec cinq nuls et deux défaites pour deux petites victoires seulement lors de ses dix dernières sorties en Serie A, celle des Intéristes a duré une éternité. Privés d'Europe, la faute à leur 9e place finale la saison dernière, les Bleu et Noir ne peuvent se permettre un autre exercice loin de la scène continentale. Vainqueur de la C1 en 2010, ils ne cessent de péricliter depuis. 

Le constat est un peu le même pour son adversaire du soir. Un soir de février 2010, les Florentins manquaient de tomber le Bayern Munich en 8e de finale de la Coupe aux grandes oreilles (4-4 mais deux buts à l'extérieur des Allemands). S'en suivirent deux saisons conclues dans le ventre mou du championnat italien. Puis, les esquisses d'une renaissance sous la houlette de Vincenzo Montella. Arrivé de Catane après une expérience mitigée du côté de la Roma, l'ancien attaquant italien a ramené la Fio dans les hautes sphères de l'élite transalpine. La saison passée, ses ouailles sont restés en course jusqu'au bout pour une place dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, échouant à deux points du Milan AC, 3e.

Une Coupe et une C1 pour la Fio?

Qualifiée pour les 16e de finale de la Ligue Europa, la Fio veut retrouver son lustre d'antan. Sevrée de titre depuis 2001, elle aura l'occasion de remédier à ce manque en mai prochain, lorsqu'elle disputera la finale de la Coupe d'Italie face à... Naples. L'équipe à abattre pour la Fiorentina. Au Stadio Olimpico ou lors des 15 dernières journées de championnat... Pour garder les Partenopei sous pression, il faudra en passer par une victoire sur l'Inter. Toujours privée de Rossi, la Viola retrouve Gomez. Une excellente nouvelle pour le club des frères Della Valle, propriétaires depuis 2003. Une Coupe et une qualification en Ligue des champions en fin de saison, ils ne peuvent rêver mieux...

Jerome Carrere