Juve pogba vidal tevez
Pogba et Tévez félicitent Vidal (au centre) | AFP

18e journée/ Juventus-AS Roma: 3-0

Publié le , modifié le

Large vainqueur du choc face à la Roma à l'occasion de la 18e journée de Serie A (3-0), la Juventus s'envole en tête du Championnat d'Italie avec 8 points d'avance sur sa victime du soir. En plus des trois buts encaissés, les hommes de Rudi Garcia ont vécu un cauchemar au Juventus Stadium avec les exclusions de De Rossi et Castran.

La première défaite de la saison de la Roma lui coûte bien des illusions.  Il sera difficile d'aller chercher la Juve, qui a signé elle sa dixième  victoire d'affilée, exactement comme la "Louve" en début de saison, grâce à des  buts d'Arturo Vidal (17e), Leonardo Bonucci (48e) et Mirko Vucinic sur penalty  (77e). La meilleure attaque d'Italie a fait plier la meilleure défense, et la  "Vielle Dame" a montré qu'elle maîtrisait mieux ses nerfs que la "Louve", qui a  fini à neuf avec les exclusions de Daniele De Rossi et Leandro Castan à un quart d'heure de la fin du match.

 La Juve, plus forte et plus expérimentée, s'est imposée en frappant aux  moment clefs, au coeur de la domination romaine par Vidal, et en tout début de  seconde période par Bonucci. Antonio Conte a remporté sa partie d'échecs avec Rudi Garcia. Les Turinois ont laissé à la Roma l'essentiel de la possession de balle dans les quarante  premières minutes, et a encagé Gervinho, le poison romain. Privés d'espaces, la  "Gazelle" n'a jamais été en mesure de placer une accélération. 

Un Tévez génial

En quête de son troisième titre de rang, la Juve doit encore beaucoup sur ce match à Tevez. Sur une des premières incursions turinoises, "L'Apache"  inspiré a fixé De Rossi et décalé un ballon génial pour Vidal qui surgit  derrière lui à droite pour ouvrir le score dans un angle fermé. Dès la reprise, un coup franc d'Andrea Pirlo déposé sur la tête de Bonucci,  que Castan avait visiblement oublié dans son dos, a plié le match. Rudi Garcia a remplacé Pjanic par Mattia Destro, N.9 de métier, pour disposer d'un point de fixation et jouer à quatre attaquants.

Alessandro Florenzi a pris la relève de Totti, mais le match n'a plus changé de visage. Il a même viré au cauchemar avec les rouges de De Rossi, pour un tacle  sur le genou de Chiellini, et de Castan pour avoir arrêté de la main un ballon  qui allait franchir la ligne, qui a coûté le penalty signé par Vucinic, le remplaçant de Tevez. La Juve est championne d'hiver avec huit longueurs d'avance et semble n'avoir aucun concurrent crédible au titre. L'hiver s'annonce long en Italie.

AFP