Iran : Blatter milite pour les femmes

Publié le , modifié le

Le président de la Fifa, Sepp Blatter, a plaidé jeudi à Téhéran pour la fin de l'interdiction de stades pour les Iraniennes, une "loi culturelle" qui freine selon lui le développement du sport féminin.

La mixité n'est pas autorisée dans les stades iraniens pour, selon les autorités, protéger les femmes des jurons proférés par les hommes. Cette interdiction a fait l'objet d'un film, "Hors Jeu" du réalisateur Jafar Panahi, récompensé au Festival de Berlin en 2006. "J'ai eu l'opportunité de demander à la vice-présidente (chargée de  l'Environnement et défenseure du droit des femmes en Iran) Massoumeh Ebtekar si le gouvernement pouvait changer l'une des lois culturelles disant que les femmes ne peuvent pas assister aux matches de football", a expliqué M. Blatter, qui effectue depuis mercredi une visite en Iran. "Je l'ai répété au président du Parlement (le conservateur Ali Larijani) et  il a dit qu'il allait faire remonter" cette demande, a ajouté le Suisse.

La fin de cette interdiction "est en faveur du football féminin qui se développe si bien ici et je dois dire que les femmes devraient pouvoir aller au stade", a-t-il affirmé, assurant toutefois qu'il n'était "pas intervenu pour  faire changer" la loi iranienne. Sepp Blatter a également précisé que la décision finale sur l'autorisation du voile dans le football féminin serait prise par l'International Football Association Board (Ifab), organe garant des lois du jeu, lors d'une réunion à  Zürich le 28 février 2014.

La question du voile appartient à la culture des pays islamiques mais les femmes pratiquent des sports "normalement habillées" dans beaucoup de ces pays, a-t-il dit, citant notamment les pays d'Afrique du nord. L'Ifab avait autorisé le port du voile pour les joueuses, mesure demandée par la Confédération asiatique (AFC) et le Prince Ali Bin al Hussein de Jordanie, un des six vice-présidents de la Fifa, le 5 juillet 2012 pour une  période d'essai.

Cette décision doit permettre la pratique du football à toutes les femmes,  ce qui n'était jusque-là pas le cas en raison de restrictions religieuses  visant certaines communautés. La nouvelle avait été bien accueillie dans le monde musulman mais des  associations féministes avaient exprimé leur désaccord. L'Iran était à l'avant-garde de la bataille pour l'autorisation du voile  islamique. Le pays avait même porté plainte contre la Fifa après avoir été  empêché en juin 2011 de disputer un match de qualification aux JO-2012 contre la Jordanie, en raison de l'interdiction du voile islamique.

AFP