Inter, Barça, et M.U en phase d'accélération

Publié le , modifié le

Bien partis après deux journées, les géants italiens, espagnols et anglais doivent concrétiser s'ils veulent se mettre à l'abri. Si Manchester a semble-t-il la partie facile face aux Turcs de Bursaspor, l'Inter et le Barça, qui reçoivent respectivement Tottenham et Copenhague, doivent se méfier.

Le tenant tient bon. S'il ne tourne pas encore à plein régime, ni en championnat, ni en Ligue des Champions, l'Inter Milan avance à pas de loup. Et peut compter sur un Samuel Eto'o en grande forme pour faire peur à la bergerie. Les Milanais auront encore besoin de leur attaquant camerounais face à Tottenham, les Anglais comptant le même nombre de points que les Italiens après deux journées. Ces derniers seront privés, pour la réception des Hotspurs, de deux de leurs Argentins, Estaban Cambiasso et Diego Milito, victimes de douleurs aux cuisses. Dans l'autre match de ce groupe A, Twente et le Werder Brême, qui s'affrontent sur le terrain du champion des Pays-Bas, essaieront de suivre le rythme.

Le Barça face à l'inconnue danoise

Ralenti par sa bête noire, le Rubin Kazan, lors de son dernier match européen, le Barça repart à la reconquête de la première place du Groupe D. Une première place occupée par les surprenants Danois de Copenhague que les Catalans accueillent ce mercredi. La formation scandinave, qui reste sur deux titres de champion du Danemark, est l'une des surprises de ce début de compétition. Guidé par le vétéran Gronkkaer (33 ans), Copenhague pourrait se révéler un client difficile à manœuvrer pour un Barça qui cherche encore les bons réglages, notamment en attaque où Villa peine à donner sa pleine mesure. Le club de Guardiola sera en outre privé des services de Milito, blessé, tandis que Xavi et Puyol, douteux, devraient néanmoins tenir leur place. Le Panathinaïkos des Français Govou, Cissé et Boumsong, défait pour ses deux premiers matchs, cherchera quant à lui à se relancer face aux Russes de Kazan.

C'est dans les tourments de "l'affaire Rooney" que Manchester United s'apprête à recevoir Bursaspor. Si le club turc ne présente pas de réels dangers pour le club mancunien, ce dernier pourrait être troublé par les dernières révélations de Ferguson qui vient d'avouer que Wayne Rooney souhaitait quitter M.U. "J'ai eu une réunion avec lui. Il m'a fait savoir qu'il voulait partir", a déclaré le manager des Red Devils, qui s'est déclaré "choqué et déçu". "Nous sommes ahuris comme n'importe qui pourrait l'être, on ne comprend pas vraiment pourquoi Rooney voudrait quitter le club", a ajouté Ferguson qui a également indiqué que l'attaquant international anglais ne participera pas à cette rencontre en raison d'une blessure à une cheville contractée mardi à l'entrainement. Ce groupe C vaudra également pour le choc opposant les Glasgow Rangers à Valence. Les Ecossais et les Espagnols ne sont séparés que d'un point pour le moment et le vainqueur de cette rencontre pourrait prendre une option intéressante pour l'une des deux places qualificatives pour le tour suivant.

Julien Lamotte