Gianni Infantino, le président de la FIFA
Gianni Infantino, le président de la FIFA | Cyril NDEGEYA / AFP

Infantino: "On pourrait donner le Ballon d'or à la moitié de l'équipe de France"

Publié le

Le président de Fédération internationale de football (Fifa) Gianni Infantino estime que "la moitié" de l'équipe de France championne du monde peut prétendre au Ballon d'or qui sera attribué lundi à Paris. Interrogé par l'AFP en marge de sa visite au G20 à Buenos Aires, le patron de la Fifa est aussi revenu sur la relocalisation de la finale retour de la Copa Libertadores à Madrid, qui répond à des "circonstances exceptionnelles" après l'attaque du bus des joueurs de Boca Juniors par des ultras de River Plate.

Question : Le patron de la Fifa devant l'assemblée du G20, c'est historique?   

Gianni Infantino : "C'est un signal incroyablement important que le football soit invité au G20 et que le président de la Fifa soit invité à donner un discours sur ce que peut faire le football pour la société. Ils (les dirigeants du G20, NDLR) ont consacré un moment à quelque chose que des milliards de personnes adorent. Le football, c'est de la croissance économique, c'est bon pour la santé, alors que l'obésité inquiète, bon pour l'égalité des genres... Le football est plus avancé que les sociétés, en terme d'intégration, et d'inclusion. En football, peu importe la couleur de peau, la religion, si on est grand ou petit, du Sud ou du Nord. Je crois que c'est le sport le plus démocratique. L'équipe de France championne du monde en est un exemple mais il y en a beaucoup d'autres".

Approuvez-vous la délocalisation de la finale de la Copa Libertadores entre River Plate et Boca Juniors à Madrid?    

"Je suis triste. J'ai passé 7 heures dans le stade et on n'a pas vu de match. C'est un match de foot, pas la guerre. Il y a toujours beaucoup de tension dans l'air, ici en Argentine. La Conmebol a eu la tâche la plus difficile. Ils ont proposé Madrid, c'est une situation exceptionnelle, dans des circonstances exceptionnelles. Idéale ou non, n'importe quelle décision aurait été critiquée. Il faut faire en sorte que ce match puisse être joué dans une bonne atmosphère".     

Les Argentins sont frustrés de ne pas accueillir la finale...    

"Tout le monde, supporter ou pas, devrait analyser comment on en arrive à des situations pareilles. Nous sommes tous supporters, nous encourageons, parfois nous ne nous comportons pas de manière orthodoxe. Mais la violence n'est pas tolérable. L'Argentine doit changer ça (...) Cela arrive aussi en Europe, en Asie, en Afrique... La violence est toujours un problème car elle reflète la société. Les idiots et les criminels qui veulent gâcher la fête, mettons les hors-jeu. L'Angleterre a été privée de compétitions européennes pendant 5 ans dans les années 1980, ils ont introduit de nouvelles règles et ça marche".    
 

Un champion du monde peut-il remporter le Ballon d'or?

"Un champion du monde? Le champion du monde, c'est la France. La France a gagné car c'est une équipe avec de grandes individualités, comme équipe, pas pour ses individualités. On pourrait donner le Ballon d'or à la moitié de l'équipe de France pour ce qu'ils ont réalisé pendant le Mondial".    

Espagne, Portugal et Maroc envisagent une candidature commune pour le Mondial-2030, est-ce possible?

"Rien n'empêche deux Confédérations (Europe et Afrique) d'être impliquées dans l'organisation d'une Coupe du monde. C'est sûr, cela n'a jamais eu lieu, cela n'a jamais été prévu, il faudra regarder ça. On a le temps, la décision pour 2030 sera prise dans 4 ans. En tant que président de la Fifa, plus il y a de candidatures, plus je suis content".    

Infrastructures, violence... le Cameroun va être privé de CAN en juin 2019.

"C'est la CAF qui a pris cette décision après une analyse en profondeur. Ce n'était pas une décision facile. J'espère que le Cameroun aura bientôt l'opportunité d'organiser à nouveau la compétition car le Cameroun est un pays important de football, non seulement en Afrique mais dans le monde". 

AFP