Neymar
Neymar | Ari Ferreira / Agência Lancepress! / Lancepress

Huit prétendants à l'assaut de la Coupe des Confédérations

Publié le , modifié le

Dès samedi et jusqu’au 30 juin prochain, le Brésil tentera de remporter à domicile sa troisième Coupe des Confédérations d'affilée. Un défi de taille, car outre les modestes Tahitiens, la concurrence s’annonce rude : Espagnols et Italiens chercheront à se rassurer à un an de la Coupe du Monde, tandis que l’Uruguay, le Japon ou le Mexique se mesureront sans complexe aux cadors du tournoi.

GROUPE A :

Le Brésil
Toujours en rodage, la Seleçao s’est enfin rassurée dimanche dernier en battant l’équipe de France (3-0) en amical. Il s’agissait du deuxième succès de l’année pour le Brésil (pour quatre nuls et une défaite), lequel peine encore à trouver ses marques. Actuellement dans un « creux générationnel » - selon les termes de Pelé -, la sélection emmenée par Neymar, Hulk et Oscar tentera samedi de donner raison à Luiz Felipe Scolari. Rappelé en novembre, l’entraîneur avait fait le choix de la jeunesse, abordant la Coupe des Confédérations comme le moyen rêvé de préparer ses jeunes pousses au Mondial 2014.

L’Italie
Qualifiés pour la Coupe des Confédérations 2013 grâce à leur participation à la finale du dernier Euro, les Italiens ne pourront que faire mieux que lors de leur unique participation à la compétition en 2009, où les Azzurri n’avaient même pas dépassé le premier tour. Derrière les jeunes Balotteli (22 ans) et El Shaarawy (20 ans), la sélection de Cesare Prandelli n’est pourtant pas dans une forme étincelante : Malte et Saint-Marin sont en effet les seules équipes figurant à son tableau de chasse en 2013.

Le Japon
Première nation qualifiée pour le Mondial 2014, le Japon ouvrira la Coupe des Confédérations face au Brésil. Une mise en bouche compliquée, mais les joueurs de l’Italien Alberto Zaccheroni pensent avoir une carte à jouer. Avec ses milieux de terrain stars Kagawa (Manchester United) et Honda (CSKA Moscou), la formation nippone espère retrouver une finale qu’elle a déjà joué, face aux Bleus en 2001.

Le Mexique
Avec cinq 0-0 en neuf rencontres jouées en 2013, le Mexique n’est pas la nation de football la plus flashy de l’année. « Nous travaillons dur pour améliorer nos résultats mais il manque toujours quelque chose », se plaignait récemment le défenseur Carlos Salcido. Il serait pourtant dangereux de prendre les Verts à la légère, car Javier Hernandez et Giovani dos Santos auront à cœur de mettre fin à la pénurie de buts.

GROUPE B :

L’Espagne
Outre Xabi Alonso, opéré pour une hernie, tous les cadres espagnols seront du voyage au Brésil pour décrocher le seul titre manquant à la sélection championne du monde et double championne d’Europe en titre. Invaincue depuis novembre 2011, la Roja reste toutefois sur quelques matches laborieux à l’image du succès poussif contre Haïti (2-1), et plusieurs inconnues persistent. Qui d’Iker Casillas ou de Victor Valdes pour garder les buts ? Villa, Torres ou Soldado en pointe ? Des problèmes de riches, certes.

L’Uruguay
Sans bouleverser l’effectif demi-finaliste de la Coupe du Monde 2010, Oscar Tabarez n’a pas réussi à maintenir son groupe sur la dynamique positive de cette performance. La Celeste va un peu mieux (ses récentes victoires contre la France et le Venezuela en témoignent) et cherche à trouver un second souffle en s’appuyant sur Edinson Cavani, mais vieillit et ne brille plus.

Le Nigeria
Vainqueurs de la dernière Coupe d’Afrique des Nations, les SuperEagles ont renoué avec l’histoire glorieuse de la sélection sur son Continent. Sous la houlette de Stephen Keshi, qui avait déjà remporté la CAN en tant que joueur, le Nigéria débarque au Brésil diminué, sans Victor Moses ni Emmanuel Emenike, et sur un match décevant (1-1 face à la modeste Namibie). L’effectif reste taillé pour créer la surprise.

Tahiti
Aller se frotter à la Roja au Maracana avec un seul joueur professionnel ? C’est le pari des « Toa Aito », vainqueurs de la Coupe d’Océanie en 2012 face à la Nouvelle-Calédonie et qualifiés pour la Coupe des Confédérations avec Marama Vahirua (33 ans) pour seul représentant professionnel de la 143e nation mondiale au classement FIFA.